LA FRANCE PITTORESQUE
Le temps ne fait
rien à l’affaire
()
Publié le lundi 5 décembre 2011, par LA RÉDACTION
Imprimer cet article
On doit juger une œuvre, non par le temps qu’on a mis à la faire, mais par sa valeur réelle
 

Horace dit du vieux poète satirique Lucilius :

In hora saepe ducentos
Ut magnum, versus dictabat, stans pede in uno ;
Quum flueret lutulentus erat quod tollere velles.

que nous traduisons ainsi : Souvent il dictait deux cents vers en une heure comme en se jouant (littéralement, en se tenant sur un pied) et il s’en faisait un grand mérite ; mais quoique ce torrent fut un peu bourbeux, il y avait cependant des beautés qu’on voudrait recueillir.

Molière, dans son Misanthrope, représente un poète, Oronte, qui vient soumettre à Alceste (le Misanthrope) un sonnet de sa façon :

ORONTE
Je ne sais si le style
Pourra vous en paraître assez net et facile,
Et si du choix des mots vous vous contenterez.

ALCESTE
Nous allons voir, monsieur.

ORONTE
Au reste, vous savez
Que je n’ai demeuré qu’un quart d’heure à le faire.

ALCESTE
Voyons, monsieur ; le temps ne fait rien à l’affaire.

Copyright © LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270.

Imprimer cet article

LA FRANCE PITTORESQUE