LA FRANCE PITTORESQUE
La gourmandise tue
plus de gens que l’épée
()
Publié le vendredi 2 décembre 2011, par LA RÉDACTION
Imprimer cet article

Ce proverbe nous vient d’Erasme, célèbre écrivain du XVIe siècle, qui composa plusieurs ouvrages en latin ; voici ses paroles : Gula plures quam gladius peremit, phrase que nous avons traduite littéralement. En effet, des milliers de personnes périssent par intempérance et cependant bien du monde se livre à ce défaut.

Des gens même dans l’aisance, trouvent la mort dans ce qui, pris modérément, prolongerait leur vie. C’est à table qu’ils contractent les germes de bien des maladies qui hâtent la fin de leur existence. Pendant que le paysan et l’ouvrier ne peuvent se rassasier qu’avec des aliments grossiers, mais assaisonnés par un appétit toujours égal, les riches mangent souvent sans faim, malgré l’art que mettent leurs cuisiniers à donner aux mets un aspect appétissant.

Copyright © LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270.

Imprimer cet article

LA FRANCE PITTORESQUE