LA FRANCE PITTORESQUE
Il ne sait ni A, ni B
()
Publié le mercredi 30 novembre 2011, par LA RÉDACTION
Imprimer cet article
Ces mots s’appliquent à un homme ignorant
 

Quand une personne ignorante apprend à lire, on lui fait commencer par l’alphabet et on ne lui montre à distinguer le B que lorsqu’elle connaît l’A. Si elle ne va pas plus loin que ces deux lettres, elle reste dans une grossière ignorance. Il en est de même pour tout ordre de connaissances : quiconque ne possède pas les principes ne peut pas pénétrer dans le domaine de la science.

Les Anciens pensaient comme nous ; car, lorsqu’en Grèce on voulait reprocher à un homme son ignorance, on lui disait : Vous n’avez même pas lu Esope, ce qui se dit en latin : Ne AEsopum quidem legisti. Les Romains qualifiaient comme les Grecs la nullité d’un individu par ces mots : Est homo nesciens legere nec natare, dont voici la traduction : C’est un homme qui ne sait ni lire ni nager.

De ces exemples il ressort qu’à Rome on faisait apprendre aux enfants à nager en même temps qu’à lire, les deux études allaient de front et faisaient partie de la première éducation.

Copyright © LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270.

Imprimer cet article

LA FRANCE PITTORESQUE