LA FRANCE PITTORESQUE
Il faut casser le noyau
pour avoir l’amande
()
Publié le vendredi 25 novembre 2011, par LA RÉDACTION
Imprimer cet article
Il faut prendre de la peine avant de retirer le profit de quelque chose et travailler pour arriver à un résultat quelconque
 

Les Latins disaient : Qui nucleum esse vult frangit nucem, ce qui signifie : Celui qui veut manger la noix doit en casser la coque. Notre poète Rabelais (XVIe), dans son prologue du Ier livre, recommandait de rompre l’os pour en sucer la moelle.

Ceux qui courent après des plaisirs frivoles et coûteux doivent s’attendre à des désillusions ; il n’en est pas de même des plaisirs solides que procurent le travail, l’étude et la vertu. On peut donc les comparer aux noix et autres fruits dont l’enveloppe est un peu dure, mais dont le fruit est toujours bon.

Copyright © LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270.

Imprimer cet article

LA FRANCE PITTORESQUE