LA FRANCE PITTORESQUE
Garder le mulet
()
Publié le vendredi 9 mars 2018, par LA RÉDACTION
Imprimer cet article
Attendre longtemps une personne qui est allée faire une visite après vous avoir quitté
 

Avant le XVIIe siècle, lorsque l’usage des carrosses n’était pas encore bien répandu, les magistrats, les médecins et quelques grands personnages montaient sur des mulets ou des mules pour aller à leurs affaires ou faire des visites. Déjà même, sous Louis XII (XVe siècle), la plupart des conseillers du Parlement allaient encore ainsi au palais.

On trouve un exemple de l’emploi de celte locution dans le Dictionnaire des Institutions de Chéruel, qui date de la fin du XVIe siècle. Pendant que le maître était dans la maison de la personne qu’il visitait, un valet gardait sa monture dans la rue. De là est venue cette expression familière garder le mulet, qui veut dire attendre quelqu’un qui vous a laissé pour aller faire une visite.

On pourra se rendre compte après la lecture de ces lignes qu’il y a un rapprochement quant à l’idée, entre ce proverbe un peu démodé et ceux qui sont encore en usage, comme : Attendez-moi sous l’orme et Croquer le marmot.

Un bavard qui se promenait avec un de ses amis entre dans une maison où il n’avait, disait il, qu’un mot à dire. L’ami l’attend à la porte et assez longtemps pour perdre patience. L’autre revient enfin et lui dit d’un ton plaisant. – Vous gardiez donc le mulet ?Non, répondit l’ami un peu piqué, je l’attendais.

Copyright © LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270.

Imprimer cet article

LA FRANCE PITTORESQUE