LA FRANCE PITTORESQUE
Fort comme un Turc
()
Publié le vendredi 25 novembre 2011, par LA RÉDACTION
Imprimer cet article
Très robuste, résistant
 

Cette locution proverbiale est très ancienne, puisque certaines personnes s’imaginent qu’elle a dû prendre naissance à la suite de l’effroi qui se répandit en Europe lors de l’extension de la puissance ottomane (1453) après la prise de Constantinople par Mahomet II et qui amena l’anéantissement de l’empire grec. La Turquie semblait alors menacer toute l’Europe occidentale.

Cette expression, fort comme un Turc, a pu ainsi prendre naissance tout simplement de la forte constitution des Turcs qui avaient, comme tous les Orientaux, la réputation d’être très vigoureux. Les Turcs ont, en général, la physionomie grave, et quoique, grands et forts, ils sont indolents.

On trouve dans Buffon, Histoire naturelle de l’homme (tome Ier), ce renseignement qui vient à l’appui de ce qui vient d’être dit : « Il y a une meilleure manière de comparer la force de l’homme avec celle des animaux. C’est par le poids qu’il peut porter. Ainsi, on assure que les portefaix ou crocheteurs de Constantinople portent des fardeaux de 900 livres pesant. »

Dans un livre où l’on décrit les fêtes qui eurent lieu à Constantinople, on citait un Turc d’une force prodigieuse qui jetait en l’air un tronc d’arbre si gros que douze hommes ne pouvaient presque pas le lever de terre, qu’ensuite il le recevait sur ses épaules.

Le même homme, couché à terre, les épaules et les cuisses liées avec des chaînes, portait sur le ventre une pierre énorme que dix hommes ne remuait qu’avec peine et sur laquelle montaient encore quatre hommes pour y fendre du bois. On cite encore d’autres exploits de ce Turc, mais ils sont tellement empreints d’exagération qu’il vaut mieux les passer sous silence.

De toutes ces citations on peut conclure que les Turcs sont des hommes, en général, solides. La preuve que c’est un fait avéré et reconnu, c’est la présence, dans les fêtes populaires de ces dynamomètres portant une tête de Turc. La présence de cette tête sur un tel instrument est une raison de plus que la locution fort comme un Turc doit son origine aux faits qui viennent d’être précités.

Copyright © LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270.

Imprimer cet article

LA FRANCE PITTORESQUE