LA FRANCE PITTORESQUE
Faire Charlemagne
()
Publié le vendredi 25 novembre 2011, par LA RÉDACTION
Imprimer cet article
C’est une expression consacrée par les joueurs ; elle est employée quand l’un d’eux se retire du jeu avec tout son gain et sans donner de revanche
 

C’est une allusion à Charlemagne qui sut garder toutes ses conquêtes et qui quitta le jeu de la vie sans en avoir rendu une seule. Voici pourquoi on dit du joueur qui se retire les mains pleines : Il a fait Charlemagne, comme si l’on disait : Il a fait (comme) Charlemagne ou bien encore : Il a fait (le) Charlemagne. Cette expression a dû nous parvenir par analogie, car ici le verbe faire a le sens d’imiter. Ne dit-on pas : Faire le Rodomont. C’est encore une de ces locutions qui a dû tirer son origine de ce privilège que se sont, de tout temps, arrogé les rois, de se mettre au-dessus de tous les usages et de toutes les lois.

Maintenant suivons cette autre considération tout historique, et qui prouve la justesse de cette expression en ce qui concerne la royauté. Si Charlemagne a eu, lui, le bonheur ou plutôt la chance, si l’on veut, de ne perdre aucune de ses conquêtes, il n’en a pas été de même de ses successeurs, à commencer par son fils Louis le Débonnaire. Il était donc bien naturel que, partant de là, on ait pris le nom de Charlemagne, comme nom de guerre, puis par induction, comme terme de jeu, puisque l’un des quatre rois du jeu de cartes porte le nom de Charlemagne.

Copyright © LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270.

Imprimer cet article

LA FRANCE PITTORESQUE