LA FRANCE PITTORESQUE
Etre fier comme un paon
()
Publié le vendredi 25 novembre 2011, par LA RÉDACTION
Imprimer cet article
Arborer une arrogante fierté
 

Le paon est de tous les volatiles celui qui a l’air le plus orgueilleux. Cet oiseau a, du reste, toujours passé pour le type d’une sotte vanité, comme le dindon celui de la gaucherie et de la bêtise ; mais le plumage du paon a dû lui donner la priorité. Un paon, avec les mots ut placeat, taceat, qui signifient : qu’il se taise pour plaire (car son chant est affreux), est l’emblème d’une personne stupide qui n’a pour plaire que des avantages extérieurs. Le mot paon se dit en latin pavo ; du génitif de ce mot pavonis on a fait le mot français se pavaner.

L’historien Brantôme nous apprend qu’il y avait de son temps (XVIe siècle) une danse appelée la pavane dont les exécutants étaient revêtus de leurs plus beaux atours. La Fontaine, dans sa fable du Paon se plaignant à Junon (livre II, fable 16), a supposé que la déesse donnait une leçon à l’oiseau si orgueilleux de son plumage, mais qui se plaignait de ne pouvoir modifier les éclats de sa voix. Après l’avoir comparé à tous les autres oiseaux, la déesse Junon lui dit :

Tous sont contents de leur ramage,
Cesse donc de te plaindre ou bien pour te punir
Je t’ôterai ton plumage.

Copyright © LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270.

Imprimer cet article

LA FRANCE PITTORESQUE