LA FRANCE PITTORESQUE
En parlant du loup on en voit la queue
()
Publié le mardi 22 novembre 2011, par LA RÉDACTION
Imprimer cet article
Cela se dit quand une personne dont on parle survient inopinément
 

Voici comment on peut expliquer l’origine de ce proverbe. Autrefois, en France, on se servait beaucoup de proverbes rimés et, plus d’une fois, pour obtenir la rime, on allait jusqu’à sacrifier le sens.

Le loup, la mère et l'enfant
Le loup, la mère et l’enfant

C’est ce qui est arrivé pour le proverbe en question : le mot tête ne pouvant rimer avec le mot loup, on l’a remplacé par le mot queue, que l’on écrivait alors coue. Ainsi disait-on : En parlant du loup on en voit la coue.

Plus tard, il y eut une transformation et l’on dit queue sans avoir égard à la rime. Et voilà comment la queue l’ayant emporté sur la tête dans ce proverbe, l’on dit maintenant : En parlant du loup on en voit la queue.

Notre excellent fabuliste La Fontaine (livre IV, fable XVI) dans sa fable du loup, de la mère et de l’enfant, faisait allusion à ce proverbe en citant à la fin de sa fable ce dicton picard :

Biaux chires leups, n’écoutez mie
Mère tenchant chien fieux qui crie.

Copyright © LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270.

Imprimer cet article

LA FRANCE PITTORESQUE