LA FRANCE PITTORESQUE
Ceci tuera cela
()
Publié le lundi 21 novembre 2011, par LA RÉDACTION
Imprimer cet article

Cette singulière locution est toute récente, puisque son emploi ne date que de 1831. Elle a été tirée de l’ouvrage de Victor Hugo ayant pour titre : Notre-Dame de Paris, où l’auteur donnait à entendre par ces mots qu’un art nouveau allait en détruire un ancien, que la lumière allait dissiper les ténèbres et qu’une puissance allait succéder à une autre puissance. Voici le passage où cette expression est employée :

« En ouvrant la fenêtre de la cellule, il désigna du doigt l’immense église Notre-Dame qui, découpant sur un ciel étoilé la silhouette noire de ses deux tours, de ses côtes et de sa croupe monstrueuse semblait un énorme sphinx à deux têtes assis au milieu de la grande ville de pierre. L’archidiacre considéra quelque temps en silence le gigantesque édifice ; puis, étendant avec un soupir sa main droite vers le livre imprimé qui était ouvert sur la table et sa main gauche vers Notre-Dame, il promena alors un triste regard du livre à l’église, en disant : Hélas, ceci tuera cela. »

Cette formule s’emploie donc, par analogie, comme conclusion d’une argumentation tendant à trouver qu’une certaine chose en détruira une autre, comme une coutume, une loi, un principe. Selon Victor Hugo, cette formule signifiait : qu’un art nouveau allait détruire un art ancien, que la lumière allait dissiper les ténèbres, que la raison allait saper la foi, enfin qu’une puissance allait succéder à une autre puissance.

Copyright © LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270.

Imprimer cet article

LA FRANCE PITTORESQUE