LA FRANCE PITTORESQUE
Briller par son absence
()
Publié le lundi 21 novembre 2011, par LA RÉDACTION
Imprimer cet article
Locution employée pour désigner toute personne dont l’absence est facilement remarquée
 

On se sert aussi de ces mots comme d’une plaisanterie. Voici l’origine que l’on a donné à cette locution proverbiale :

Un parent du ministre Colbert, alors intendant des galères de Marseille, avait réuni les portraits d’une centaine de personnages célèbres du XVIIe siècle.

Comme son désir était de les faire graver, il pria Charles Perrault, l’auteur des contes, de rédiger des notices qui devaient accompagner chacun de ces portraits. Celui-ci accepta volontiers la tâche et fit paraître en 1696, à Paris, un ouvrage en deux volumes, intitulé : Les éloges des hommes illustres du XVIIe siècle.

Mais les jésuites virent d’un mauvais œil que les noms d’Arnault et de Pascal, qu’ils réprouvaient, fussent placés dans cette galerie et ils obtinrent qu’on supprimât ces deux noms. Cependant, comme depuis longtemps, le public se montrait beaucoup plus favorable à la cause des habitants de Port-Royal, on se moqua des jésuites en leur appliquant la fameuse phrase de Tacite prononcée à l’occasion des funérailles de Junie (Annales, livre III, chapitre 37) : Praefulgebant Cassius atque Brutus, eo ipso effigies eorum non videbantur, ce qui signifie : Cassius et Brutus y brillaient d’autant mieux que leurs images étaient absentes.

Copyright © LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270.

Imprimer cet article

LA FRANCE PITTORESQUE