LA FRANCE PITTORESQUE
Boire rubis sur l’ongle
()
Publié le lundi 21 novembre 2011, par LA RÉDACTION
Imprimer cet article
C’est boire jusqu’à la dernière goutte
 

De tout temps cela a été un point d’honneur parmi les gens qui aiment bien à boire de vider complètement leur verre. Chez les Romains, on renversait le verre sens dessus dessous, et, s’il n’en tombait aucune goutte, on se déclarait satisfait. C’est ce que nous fait, du reste, connaître Pline dans ce passage du livre XIV : « Torquatus eut la gloire peu commune de ne jamais lasser au fond du vase aucune goutte qui pût produire du bruit en tombant sur le plancher ».

Chez nous la preuve d’un verre vidé se faisait autrement : on le penchait sur l’ongle du pouce et, tout en faisant voir qu’il n’en sortait plus qu’une goutte, on disait : boire la goutte sur l’ongle (1660), tandis que les Anglais disaient : To leave but one only drop in the cup, ce qui signifie : Ne laisser qu’une goutte dans le verre.

Mais le vin n’est pas comme l’eau et une goutte de vin versée sur l’ongle ressemble à cette pierre précieuse de couleur rouge appelée rubis, et alors on dit : Faire rubis sur l’ongle, pour dire : vider un verre aussi complètement que possible. Voici deux vers de Regnard qui viennent à l’appui de cette expression proverbiale :

Je sirote mon vin, quelqu’il soit, vieux, nouveau ;
Je fais rubis sur l’ongle et n’y mets jamais d’eau.

Puis on substitué boire à faire et l’on a dit depuis comme maintenant : Boire rubis sur l’ongle.

Copyright © LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270.

Imprimer cet article

LA FRANCE PITTORESQUE