LA FRANCE PITTORESQUE
Baisser l’oreille
()
Publié le lundi 21 novembre 2011, par LA RÉDACTION
Imprimer cet article
C’est s’humilier après avoir éprouvé une défaite ou avoir commis une grosse sottise ou bien encore se sentir abaissé après qu’on s’est trop vanté de réussir
 

Cette locution assez familière est tirée de la faculté qu’ont les animaux de dresser ou de baisser l’oreille selon leurs affections ou leur instinct. Le philosophe grec Platon dit, en parlant des personnes tristes, que les oreilles leur tombent sur les épaules. Le poète latin Horace a émis sa pensée de cette façon : Demitto auriculas, ut iniquae mentis aselus, ce qui signifie : Je baisse mes oreilles comme un âne d’un caractère irascible.

La Fontaine, dans sa fable XVIII du livre Ier intitulée : Le Renard et la Cigogne, l’a suffisamment démontré. Voici, du reste, le sujet de la fable. « Un renard avait invité une cigogne à dîner ; mais il lui avait servi les mets dans une assiette, ce qui rendait impossible à celle-ci de saisir là moindre miette à cause de son long bec. (Et le renard riait sous cape après avoir tout lapé en un moment.) L’oiseau lui conserva rancune de ce procédé et l’invita à son tour à dîner chez lui. Pour se moquer du renard et lui rendre la pareille, la cigogne lui servit les mets dans un vase dont le goulot étroit et allongé, permettant à elle seule de passer son bec. Pendant ce temps- là, le renard la regardait faire et se contentait de lécher les parois du vase. Il lui fallut alors retourner à jeun au logis. »

Honteux comme un renard qu’une poule aurait pris,
Serrant la queue et portant bas l’oreille.

Copyright © LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270.

Imprimer cet article

LA FRANCE PITTORESQUE