LA FRANCE PITTORESQUE
Avocat, passons au déluge
()
Publié le lundi 21 novembre 2011, par LA RÉDACTION
Imprimer cet article
Cette locution proverbiale s’adresse à ceux qui se laissent aller à trop parler
 

On emploie ces mots chaque fois que l’on veut prier quelqu’un de restreindre l’exposé d’une affaire ou d’une aventure dans laquelle on le voit disposé à aborder des détails inutiles, au lieu d’arriver promptement au fait en question.

Racine (1663), dans sa comédie des Plaideurs (acte III, scène 3), s’est servi de cette phrase dans cette scène où un avocat veut commencer un récit en remontant à la création du monde. C’est, à ce propos, que son interlocuteur, craignant la longueur de son récit, lui dit : Avocat, passons au déluge, pour l’inviter à abréger.

Copyright © LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270.

Imprimer cet article

LA FRANCE PITTORESQUE