LA FRANCE PITTORESQUE
Autant de têtes, autant d’avis
()
Publié le lundi 21 novembre 2011, par LA RÉDACTION
Imprimer cet article
Il est très difficile d’accorder plusieurs personnes réunies
 

Effectivement, dans le monde, il n’y a pas deux opinions exactement les mêmes. C’est ainsi que le microscope qui nous fait apercevoir dans les choses des différences très sensibles qu’à l’œil nu on ne pouvait distinguer, de même par un examen attentif, nous reconnaîtrons entre les opinions paraissant identiques des divergences sensibles. Ces divergences tiennent à beaucoup de causes, parce que la raison humaine se présente sous diverses faces et pas du même côté à tous les esprits. Voici ce que dit à ce sujet Bernardin de Saint-Pierre (1737-1814) :

« La manière de juger diffère dans chaque individu, suivant sa religion, sa nation, son état, son sexe, son âge, son tempérament et surtout selon l’éducation qui donne à nos jugements la première forme. Les impressions que chacun reçoit des objets, quoiqu’ils restent les mêmes, varient à l’infini, selon la disposition où chacun se trouve. »

Quant à l’origine de cette locution proverbiale, elle serait bien ancienne, puisqu’on la retrouve chez les Latins dans ces mots : Tot capita, tot sensus, que nous avons traduit littéralement. Nos ancêtres disaient : Tant de gens, tant de guises. Voici, pour terminer, l’avis de La Fontaine émis dans ces deux vers :

Tout est divers : ôtez-vous de l’esprit
Qu’aucun être ait été composé sur le vôtre.

François de Neufchateau nous a laissé sur ce sujet les quatre vers suivants :

On donne à ces mots des sens doubles ;
Et, faute de s’entendre, on se bat pour des riens.
Montaigne a bien raison quand il dit que nos troubles
Sont presque tous grammairiens.

Copyright © LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270.

Imprimer cet article

LA FRANCE PITTORESQUE