LA FRANCE PITTORESQUE
Au bout du fossé la culbute
()
Publié le lundi 21 novembre 2011, par LA RÉDACTION
Imprimer cet article
Désigne une situation dont l’issue n’est que trop souvent prévisible
 

D’après un usage en vigueur du temps de la féodalité, les manants, autrement dit les paysans, étaient tenus d’amuser, les jours de fête, le seigneur de l’endroit et sa société, devant franchir à cet effet un fossé fort large et rempli d’eau. Mais il était fort rare qu’ils pussent réussir ; aussi beaucoup tombaient dans l’eau.

On se sert actuellement de ce proverbe quand, par étourderie ou par audace, on donne à entendre que, quelle que soit l’issue d’une affaire ou d’une tentative, on en verrait d’un œil indifférent le succès ou l’insuccès. Il peut s’appliquer également aux imprudents que leurs sottises conduisent à leur perte, et il s’emploie alors dans le sens d’une prédiction qui n’est que trop souvent réalisée.

Copyright © LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270.

Imprimer cet article

LA FRANCE PITTORESQUE