LA FRANCE PITTORESQUE
SAINTE-FOY-DE-PEYROLIÈRES
depuis 1615 jusqu’à
l’an XII de la République
(par Jean-Marie-Louis Igounet)
Publié le samedi 30 juillet 2011, par LA RÉDACTION
Imprimer cet article

Les nombreux documents que Jean-Marie-Louis Igounet a compulsés et reproduits dans son livre, lui permettent de reconstituer l’histoire de Sainte-Foy-de-Peyrolières à travers les bouleversements subis par ses administrations et les décisions d’ordre national ou local qui régissaient la vie quotidienne de ses habitants.

Grâce aux arrêts du Parlement, il a pu déterminer ce que gagnaient chaque jour les travailleurs du sol ; par l’arrêté des consuls, le prix du vin dans les cabarets ; par les baux à ferme de la boucherie, le prix de la viande ; par les ordonnances de l’intendant, le prix de certains vêtements. Les charges qui pesaient sur la population étaient chaque jour plus importantes. Le service des milices, le logements des gens de guerre, les impôts fixés en bloc par l’intendant de la province et répartis par les consuls pour tous ceux qui n’avaient pas de terres ou d’offices privilégiés, les attaques incessantes contre les droits et les privilèges de la communauté qui entraînaient des procès ruineux, les rachats d’office ; « tout contribuait à plonger dans la plus profonde misère une population sans industrie et cultivant un sol ingrat et léger ».

La levée des hommes destinés à servir la milice était toujours plus difficile, chacun cherchant à se soustraire au tirage au sort, au point que des mesures coercitives furent prises contre les déserteurs, leurs parents...

Copyright © LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270.

Imprimer cet article

LA FRANCE PITTORESQUE