LA FRANCE PITTORESQUE
Cochon (Jeu du) à Paris
(D’après « Le Magasin pittoresque », paru en 1834)
février 2000, par LA RÉDACTION
Imprimer cet article
En 1425, pendant qu’une partie de la France était tombée momentanément au pouvoir des Anglais, après de longues et terribles guerres, on vit à Paris les habitudes, les coutumes et les jeux de la nation victorieuse prendre un instant faveur dans le peuple
 

Entre autres jeux, on donna aux Parisiens le spectacle d’un amusement empreint d’une cruauté bizarre. Le dernier dimanche d’août 1425, dans l’hôtel d’Armagnac, situé rue Saint-Honoré, et sur une partie de l’emplacement des bâtiments du Palais-Royal, on avait fait dresser un champ-clos, où l’on enferma quatre aveugles armés de gros bâtons, et couverts d’une armure.

Avec eux se trouvait également enfermé un cochon destiné à celui des quatre combattants qui viendrait à bout de le tuer. L’historien contemporain qui nous a conservé ces détails, et qui était un riche et considérable bourgeois de Paris, assistait sans doute à cette fête qu’il appelle une bataille étrange, et qui réjouit fort les assistants.

A un signal donné, les quatre aveugles, agitant en l’air leurs masses ou bâtons noueux, s’avancèrent au hasard pour frapper l’animal, dont la mort seule devait finir le combat. Aux grognements répétés de la victime, chaque fois qu’ils s’approchaient du côté où ils avaient entendu sa voix, chacun d’eux, accourant à la fois et frappant au hasard, portait de rudes coups, recevait tour à tour et faisait des blessures d’autant plus terribles qu’il était impossible de les parer.

Si l’on en croit le bourgeois, auteur du Journal de Paris, sous Charles VI, ce jeu ne fit pas fortune. Cette lutte d’aveugles, où ni la force ni l’adresse ne pouvaient trouver leur place, et qui semblait moins un combat qu’un massacre, révolta bien plus qu’elle n’amusa. Quant aux aveugles, « ils se donnèrent, dit l’auteur, de si grands coups de bâtons que dépit leur en fut ; car quand le mieulx cuidoient (croyaient) frapper le pourcel, ils frappoient l’un sur l’autre ; s’ils eussent été armés pour vrai, ils se fussent tués l’un l’autre... »

Copyright © LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270.

Imprimer cet article

LA FRANCE PITTORESQUE