LA FRANCE PITTORESQUE
Se porter comme un charme
()
Publié le lundi 14 mars 2011, par LA RÉDACTION
Imprimer cet article
Se porter parfaitement, merveilleusement
 

On peut imaginer que cette expression constitue une allusion aux carmes religieux dans le nom desquels le c serait prononcé comme ch.

En effet, les carmes s’appellent les barrés, en raison de leurs robes qui étaient divisées par des bandes blanches et noires, et il est tentant de rapprocher cette observation de la censure suivante de ces moines dans la Chanson des Ordres par Ruteboeuf :

Et li frer Barré
Resont cras et quarré,
Ne sont pas enserré.
Je les vi mercredi,
Papelart et Beguin
Ont le siecle honi

Et l’on peut être d’autant plus porté à croire cette étymologie véritable, que, dans toute cette chanson, composée de 13 couplets, l’ordre des Barrés est le seul qui soit signalé comme « cras et quarré ». Mais confrontons cette hypothèse aux lignes suivantes du Glossaire du centre de la France, par le comte Jaubert : « D’un charme. — Parfaitement, agréablement, avec soin. Il a arrangé cela d’un charme. Il se porte comme d’un charme. Le feu brûle d’un charme. — On dit vulgairement, en français, se porter comme un charme »

Ainsi, carme doit être abandonné, et reste seulement charme, enchantement, pour solution. En effet, dans nos patois du Midi, la préposition de est employée comme en espagnol. Or, dans cette langue, on dit, par exemple, Estaba de presidente, il siégeait comme président. L’expression un charme signifie donc comme un charme. Mais un charme est ce qu’on suppose ou qu’on croit fait par un magicien, c’est un prodige, une merveille, enfin ; et voilà de quelle manière comme un charme, qui veut dire par enchantement, en est venu à signifier, en français, parfaitement, merveilleusement.

Copyright © LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270.

Imprimer cet article

LA FRANCE PITTORESQUE