LA FRANCE PITTORESQUE
Cheval bouté hors de Paris
par l’automobile
(Extrait de l’article paru dans le numéro 38)
Publié le jeudi 7 avril 2011, par LA RÉDACTION
Imprimer cet article

Passée la nostalgie d’un Paris jadis parcouru par les seuls chevaux, le poète Méry loue en 1862 les aménagements entrepris par un Haussmann entrevoyant l’essor inéluctable de la voiture ahippe mise au pas

Au XVIIIe siècle, les médecins faisaient encore leurs visites à cheval, à une époque où la capitale ne connaissait ni les petites voitures, ni les fiacres de place, ni les cabriolets-milords, ni les omnibus, écrit notre poète ; on rencontrait parfois une chaise à porteurs devant le pavillon...

Copyright © LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270.

Imprimer cet article

LA FRANCE PITTORESQUE