LA FRANCE PITTORESQUE
Nombre 14 (Le singulier) et les Bourbons
(D’après « Le Magasin pittoresque » paru en 1838)
Publié le lundi 4 avril 2011, par LA RÉDACTION
Imprimer cet article
A défaut d’autre mérite, quelques rapprochements singuliers facilitent la mémoire de quelques dates historiques et fournissent un bel exemple de l’art parfois mis à profit consistant à faire parler les chiffres...
 

Le nombre 14 a joué un grand rôle dans l’histoire de Henri IV. Son nom était composé de 14 lettres (Henri de Bourbon) ; il a gagné la bataille d’Ivry contre les Ligueurs un 14 mars (1590) ; ce prince est mort le 14 mai 1610, l’année étant divisible par 14 et l’assassinat ayant eu lieu deux fois 14 heures après l’entrée de la reine Marie de Médicis à Saint-Denis.

Le nombre 14 fut également un nombre presque fatal dans l’histoire de ses descendants. Louis XIII mourut, comme son père, un 14 mai (1643). Il était dans sa 14e année lorsqu’il tint les Etats-Généraux de 1614. La monarchie absolue (si on ne la regarde comme définitivement fondée que de l’époque où l’on cessa de convoquer les Etats-Généraux) dura 174 ans ; car il y a ce nombre d’années entre 1788, date de la convocation des Etats-Généraux de 1789, et 1614, date de ceux qui les avaient précédés immédiatement.

Louis XIV monta sur le trône en 1643 : en additionnant les chiffres dont se compose cette année, on trouve 14 ; il mourut en 1715, le même résultat s’obtient en additionnant ces quatre chiffres, et cependant qu’il allait atteindre l’âge de 77 ans, la somme des deux chiffres produisant encore 14. Louis XVI régnait depuis 14 ans lorsqu’il convoqua les Etats-Généraux qui devaient faire la Révolution. Entre l’année où Henri IV fut assassiné (1610), et celle où Louis XVI fut détrôné (1792), il s’écoula un nombre d’années qui est divisible par 14. Enfin la restauration des Bourbon eut lieu en 1814, et en additionnant les quatre chiffres de 1814, on trouve 14.

Copyright © LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270.

Imprimer cet article

LA FRANCE PITTORESQUE