LA FRANCE PITTORESQUE
31 mars 1640 : création du louis d’or
(D’après « Dictionnaire de numismatique et
de sigillographie religieuses », paru en 1852
et « Encyclopédie du dix-neuvième siècle » (tome 14), édition de 1870)
Publié le mardi 29 mars 2016, par LA RÉDACTION
Imprimer cet article

Louis XIII succédant à Henri IV, sous la tutelle de Marie de Médicis, sa mère, et commençant à régner le 14 mai 1610, on continua, jusqu’en 1640, de fabriquer les mêmes espèces qui avaient été faites sous le règne précédent, c’est-à-dire des écus d’or qui avaient pour effigie un écusson chargé de trois fleurs de lis, surmonté d’une couronne royale, avec cette inscription : Ludovicus XIII, D. G. Franciæ et Navarræ rex, au revers un cordon entrelacé de façon qu’il forme une croix dont chaque bout est surmonté par une fleur de lis au milieu de la croix, 1624 pour millésime, la légende : Christ, regn., etc.

On fabriqua des quarts d’écus d’argent, des francs d’argent, etc., avec leur diminution. On ne changea rien au titre, au poids, ni à la loi de ces monnaies ; mais le 31 mars 1640, le roi ordonna par déclaration de ce jour la fabrication des louis d’or, que l’on commença à fabriquer au moulin dans le château du Louvre, le 25 février de l’année suivante.

Louis d'or de 1641
Louis d’or de 1641

Avant l’apparition du louis d’or, et comme il était permis de recevoir toutes sortes de monnaies sans les peser, les rogneurs et les faux monnayeurs travaillaient si ouvertement et avec une telle impunité, qu’il y avait peu d’espèces de celles qui avaient cours en France qui ne fussent légères au moins d’un tiers de son juste poids. Mais la beauté de la gravure du louis, pièce faite par le célèbre sculpteur et graveur de monnaies Jean Varin (1607-1672), le soin apporté à sa fabrication et le grènetis — rang de petits grains en relief situé au bord des monnaies —, déroutèrent les rogneurs.

Ces louis d’or avaient pour effigie le buste du roi, regardant à droite, la tête couronnée de lauriers, 1640 pour millésime, pour inscription : Lud. XIII D. G. Franciæ et Navarræ rex. Le revers présentait au centre, la lettre A au milieu d’un cercle inscrit dans un carré formé par les pieds de quatre doubles L adossées et couronnées. Une fleur de lis était dans chaque angle. La légende était : Christ, regn. vinc. imp. Le louis d’or était communément appelé demi-louis et avait cours pour 5 livres ; le double louis d’or était communément appelé louis et valait 10 livres ; le quadruple louis d’or était communément appelé double louis et valait 20 livres. On fit aussi des pièces de 8, 16 et 20 louis d’or qui n’eurent point de cours dans le commerce, et ne passèrent que pour pièces de plaisir.

On n’avait point vu jusqu’alors de monnaies si bien gravées et si bien frappées depuis les Grecs et les Romains, que ces nouvelles espèces. Les rogneurs, ne pouvant plus travailler sur les monnaies d’or, s’attachèrent donc à celles d’argent qui, en peu de temps, furent considérablement défigurées. C’est pourquoi, à peine le louis d’or était-il en circulation qu’on ordonna quelques mois plus tard, le 24 octobre 1641, que toutes les monnaies d’argent, soit de France, soit étrangères, seraient pesées en les recevant, et qu’elles n’auraient cours que suivant leur poids. Enfin il fallut faire, pour les espèces d’argent légères, ce qu’on avait fait pour les espèces d’or ; c’est-à-dire, les décrier entièrement, et les convertir en louis d’argent, ce qui fut ordonné fin 1641.

Ecu d'argent de 1642
Ecu d’argent de 1642 (appelé également louis d’argent ou écu blanc)

Dans cette déclaration, le roi dit que depuis que l’on avait commencé à fabriquer les louis d’or à la monnaie du moulin, on en avait fait pour quarante millions de livres en espèces ; ce qui avait tellement occupé les ouvriers capables de travailler à cet ouvrage, qu’il avait été impossible jusqu’alors de les employer à la fabrication de celles d’argent ; il ajoute ensuite, parlant des louis d’argent :

« Nous avons estimé qu’il était de la grandeur et dignité de cette couronne, après avoir donné un si beau commencement au rétablissement de nos monnaies, de les mettre toutes au titre des quarts d’écu, et rendre toutes celles que nous ferons fabriquer à l’avenir les plus parfaites qu’elles puissent être pour le bien et la commodité de nos sujets, et l’avantage de notre service, et pour empêcher qu’elles ne soient falsifiées ». Le louis d’argent valait 60 sols et était appelé communément écu blanc.

Différents types de louis d’or furent frappés jusqu’en 1792.

Copyright © LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270.

Imprimer cet article

LA FRANCE PITTORESQUE