LA FRANCE PITTORESQUE
Traque de colporteurs
menaçant l’ordre public ?
(Extrait de l’article paru dans le numéro 37)
Publié le dimanche 26 décembre 2010, par LA RÉDACTION
Imprimer cet article

Libre jusqu’aux premières années du XVIIe siècle, l’activité de colporteur est bientôt réservée aux seuls anciens imprimeurs, libraires ou relieurs, avant qu’un règlement de 1723, par suite de la prolifération de libelles contre l’Eglise et l’Etat, ne la place sous la tutelle du lieutenant de police.

Au XVIe siècle, plusieurs poètes se sont fait l’écho des cris de la rue, le plus complet étant un sieur Anthoine Truquet, qui se qualifie de painctre, et qui publia en 1545 Les cent et sept cris que l’on crie journellement à Paris. De nouveau composé en rhimme françoise, pour resjoir les esperits...

Copyright © LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270.

Imprimer cet article

LA FRANCE PITTORESQUE