LA FRANCE PITTORESQUE
27 février 1594 : Henri IV
est sacré roi de France à Chartres,
Reims étant tenue par la Ligue
(D’après « Histoire générale de France depuis les temps les
plus reculés jusqu’à nos jours » par Abel Hugo (Tome 5), paru en 1843)
Publié le mercredi 27 février 2019, par LA RÉDACTION
Imprimer cet article
Le roi avait résolu de se faire sacrer, mais la ville de Reims était au pouvoir de la Ligue. Son conseil décida que cette cérémonie aurait lieu dans l’église de Chartres, « pour la particulière dévotion que ses ancêtres, ducs de Vendômois, comme diocésains et principaux paroissiens, y avaient toujours portée »
 

La sainte ampoule était aussi au pouvoir des ligueurs. Pour y suppléer, on fit venir une sainte ampoule conservée dans l’abbaye de Marmoutier-près-Tours, et qui renfermait un saint chrême apporté du ciel par des anges pour guérir les blessures de saint Martin. Cette miraculeuse origine, attestée par Sulpice-Sévère, Fortunat, Paulin et Alcuin, est, dit l’historien de Thou, plus certaine que celle de la sainte ampoule de Reims, dont n’ont parlé ni saint Remi, ni Grégoire de Tours.

Le sacre de Henri IV eut lieu avec une grande pompe le 27 février 1594. « Les évêques de Nantes, de Digne, de Maillezais, d’Orléans et d’Angers, y figuraient comme pairs ecclésiastiques, subrogés, dit Palma Cayet, aux évêques de Laon, de Langres, de Béarn ais, de Chalons et de Noyon, les uns desquels étaient absents, ou mal disposés, ou morts. Quant aux anciens pairs laïques, les ducs de Bourgogne, de Normandie et d’Aquitaine, les comtes de Toulouse, de Flandre et de Champagne, ils furent représentés par trois princes du sang (Conti, Soissons, Montpensier), et par trois ducs (Luxembourg-Piney, Retz et Ventadour). Le maréchal de Matignon remplit les fonctions de connétable. Le chancelier (de Chiverny), le grand maître (comte de Saint-Pol), le grand chambellan (duc de Longueville), et le grand écuyer (duc de Bellegarde), étaient présents. »

Le sacre d'Henri IV à Chartres le 27 février 1594 par l'évêque de Nicolas de Thou
Le sacre d’Henri IV à Chartres le 27 février 1594 par l’évêque de Nicolas de Thou

L’église avait été disposée magnifiquement ; les princes et les seigneurs qui assistèrent à la cérémonie y déployèrent un grand luxe. Ce luxe, attesté par Palma Cayet, semble contredire l’anecdote suivante, rapportée par L’Estoile, à la date du 6 février 1594, vingt-et-un jours avant le sacre :

« En ce même temps, on ramena au roi ses grands chevaux, parce qu’il n’y avait pas de quoi les nourrir. Le roi, s’adressant à M. d’O, lui demanda d’où cela venait : Sire, dit-il, il n’y a point d’argent. — Ma condition, répondit le roi, est bien misérable ! On me fera tantôt aller tout nu et à pied. Puis, se tournant vers un sien valet de chambre, il lui demanda combien il avait de chemises. Une douzaine, Sire, dit-il ; encore y en a-t-il de déchirées. — Et de mouchoirs, dit le roi, est-ce pas huit que j’ai ?Il n’y en a pour cette heure que cinq, dit-il. Alors M. d’O dit qu’il avait commandé pour 6000 écus de toile en Flandre pour lui en faire. Cela va bien, dit le roi ; on me veut faire ressembler aux écoliers qui ont leurs robes fourrées en leur pays, et cependant meurent de froid. »

Il est certain que ces anecdotes sur la misère du roi avaient cours parmi les royalistes de Paris ; mais n’étaient-elles pas répandues à dessein ? Henri IV, à cette époque (de 1593 à 1596) conquit plus de places avec son or qu’avec ses armes ; il trouva dans les coffres de son royaume de Navarre ou dans la bourse de ses amis près de 7 000 000 d’écus pour distribuer aux ligueurs qui consentirent à lui remettre les places fortes qu’ils étaient chargés de défendre.

Le roi fut sacré par Nicolas de Thou, évêque de Chartres, qui le lendemain lui remit, dans la forme accoutumée, le collier de l’ordre du Saint-Esprit.

Copyright © LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270.

Imprimer cet article

LA FRANCE PITTORESQUE