LA FRANCE PITTORESQUE
Bard-lès-Pesmes
(Haute-Saône)
()
Publié le samedi 24 juillet 2010, par LA RÉDACTION
Imprimer cet article

Bard-lès-Pesmes, dont le nom signifierait hauteur près de Pesmes, est aujourd’hui une petite commune paisible de Haute-Saône, peuplée d’environ 100 âmes. Le village existait déjà au XIIe siècle ; à cette époque y était implantée une seigneurie qui était aux mains de la famille De Bard.

Vue depuis la route de Malans
Vue depuis la route de Malans

Après l’extinction de cette dernière, celle-ci fut transmise à d’autres familles et finit par échoir, à l’aube de la révolution, aux Choiseul-Stainville, seigneurs de Pesmes. Une maison-forte, transformée en ferme au XIXe siècle, témoigne aujourd’hui du passé seigneurial du village.

Il y a fort longtemps que le culte est célébré à Bard. Une confrérie de la Ste Vierge y existe depuis des siècles. L’église paroissiale qui tombait en ruines fut démolie puis entièrement reconstruite en 1753. En 1776 et en 1784, les habitants et leur curé construisirent les deux chapelles de ce bâtiment servant au culte.

La fontaine du Mont avant 1917
La fontaine du Mont avant 1917

Menacée de disparition à l’époque révolutionnaire, la paroisse subsista malgré tout et prit de l’importance au fil des ans. En 1880, deux cloches furent bénites et en 1933, l’abbé SIGNE fit ériger une statue de la vierge sur les hauteurs du village ce qui, depuis ce temps, donne lieu à une procession chaque 15 août. La paroisse a été confiée au curé de Chaumercenne en 1944.
La fontaine du Mont avant 1917

Le village, autrefois essentiellement composé de vignerons, connut des heures de gloire sous le Second Empire mais à la fin du XIXe siècle, le phylloxera s’attaqua aux vignobles et fit la ruine des malheureux qui les entretenaient ; beaucoup de gens quittèrent la commune. Ceux qui restèrent se reconvertirent en agriculteurs.

"La Barnagausse", maison vigneronne sur cellier au village
"La Barnagausse", maison
vigneronne sur cellier au village

Outre les nombreuses caves et une maison vigneronne très typée qui rappellent le passé viticole de la commune, on pourra remarquer à Bard des fermes fort anciennes, deux fontaines-lavoir, un joli pigeonnier du XIXr siècle, de vieux calvaires de pierre ainsi qu’une belle maison bourgeoise de la seconde moitié du XIXe siècle, autrefois propriété du sénateur GRAS.

Le Père Célestin RAMOT, missionnaire du Sacré Coeur
Le Père Célestin RAMOT,
missionnaire du Sacré Coeur

C’est à Bard que naquit en 1846 le R.P. Célestin RAMOT, religieux qui tint un rôle très important dans l’histoire des missionnaires du Sacré-Cœur d’Issoudun. C’est là également que vint prendre épouse, en 1808, le capitaine d’Empire Anne Emmanuel BLANC, fils de Jean Denis Ferréol BLANC, avocat au parlement de Besançon qui se fit connaître en publiant des pamphlets contre MIRABEAU.

Le site www.bard.fr.st a pour but de vous présenter ce petit coin de terre comtoise. Vous y trouverez plusieurs rubriques : accès, informations pratiques, actualités du village, découverte des autres communes du canton de Pesmes, généalogie (avec liste des patronymes sur lesquels il vous est possible d’obtenir des renseignements) et histoire (présentation de cartes postales anciennes, de quelques figures locales, de quelques sites et monuments, ainsi que des grands traits de l’histoire du village au XXe siècle). Vous ne manquerez pas non plus d’y découvrir des liens vers d’autres sites francs-comtois... Bonne visite !

VISITER LE SITE
www.bard.fr.st

Copyright © LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270.

Imprimer cet article

LA FRANCE PITTORESQUE