LA FRANCE PITTORESQUE
Pain d’épices Lips et musée
des douceurs d’autrefois (Bas-Rhin)
(Source : Maison Lips)
Publié le lundi 3 septembre 2018, par LA RÉDACTION
Imprimer cet article
À Gertwiller, le pain d’épices est une tradition depuis plus de deux siècles et probablement davantage. Toujours est-il que, dans l’Antiquité, on cuisait un biscuit au miel (miel + farine). Bien plus tard, au moment des croisades, on ramena les épices d’Orient.
 

Cette friandise ne se fabriquait, du Xle au XVIe siècle, que dans les cloîtres et abbayes. Ce n’est qu’à partir du XVIe siècle qu’apparurent les pains d’épiciers. À l’époque, ce fut une des premières gourmandises. Aux XVIe et XVIIe siècles, les pains d’épiciers furent si nombreux en Alsace qu’ils ont constitué une corporation.

Autrefois, les pains d’épiciers (en allemand on disait Lebzelter) exerçaient dans beaucoup de villes ou villages. À Gertwiller, au début du XXe siècle, on comptait jusqu’à 9 fabricants de pains d’épices. Du fait de cette forte concentration locale, il y a toujours 2 fabriques, dont la Maison Lips, créée après la révolution de 1789, dans les anciens bâtiments de la cour dîmière, qui, à l’époque, furent vendus comme bien nationaux. Ils furent rachetés par Monsieur Silhereiss qui y créa sa fabrique, puis l’affaire fût vendue au moment de la Seconde guerre mondiale. Elle fut ensuite rachetée, en 1950, par Monsieur Lips qui changea l’enseigne à son nom. En 1977, Monsieur Lips, pour raison de santé, dut se séparer de son entreprise.

La maison du pain d'épices à Gertwiller, au centre du village
La maison du pain d’épices à Gertwiller, au centre du village

Ayant déjà appris le métier chez son père qui lui-même avait fait son apprentissage chez Lips en 1945, Michel Habsiger s’est porté acquéreur de la maison, tout en gardant l’enseigne. Monsieur Lips resta encore sur place pendant 8 mois pour lui apprendre tous les trucs et secrets.

Collectionneur depuis l’âge de 15 ans, Michel Habsiger a mis en place en 1998 le Musée du Pain d’Epices et des Douceurs d’Autrefois. Cette collection rassemblant actuellement plus de 10 000 pièces exposées sur 350 m2, présente tous les objets que l’on trouvait dans la vie à la campagne (agriculture, vie familiale, cuisine, vie religieuse, vieux métiers), l’art populaire alsacien, tout ce qui a un rapport avec la biscuiterie, chocolaterie, le pain d’épices, les sucreries.

C’est sous l’impressionnante charpente de la grange dîmière datant de 1756 que sont disposés par thèmes une incroyable collection de moules à kougeloff et à gâteaux en terre cuite dont plusieurs datent du XVIe siècle, les moules à chocolat que l’on utilisait pour Pâques, Saint Nicolas et Noël, les anciennes images de pains d’épices, sans oublier la cuisine telle qu’on l’a connue chez Gran’Mère, avec ustensiles et mobilier. Sont également bien présentés la Stube alsacienne de la fui du XVIIIe siècle, le coin du Bon Dieu avec tous les objets sacrés, les poteries de Soufflenheim et de Betschdorf, les souhaits de baptême de 1765 à 1800, ainsi que le mobilier pour la plupart de style Renaissance alsacienne, de même que le mobilier et les ustensiles que l’on offrait jadis aux jeunes mariés.

Stand de pain d'épices Silbereisen, prédécesseur de Lips, dessiné par Hansi au début du XXe siècle
Stand de pain d’épices Silbereisen, prédécesseur de Lips, dessiné par Hansi au début du XXe siècle

Le fait de mettre en évidence toutes ces collections a permis à la Maison Lips de garder la façon traditionnelle de fabriquer ses pains d’épices. Elaborés à base de farine, sucre, miel, bicarbonate (pour la levée), anis vert et étoilé, cannelle, clous de girofle, gingembre et muscade, amandes, noisettes, oranges et citons confits et selon d’anciennes recettes, tous les produits réalisés par la maison Lips sont préparés de façon artisanale traditionnelle.

Informations pratiques :
Maison Lips — 110 rue Principale — 67140 GERTWILLER
Tél : 03 88 08 93 52
Site Internet : http://www.paindepices-lips.com
Page Facebook : https://www.facebook.com/La.Maison.du.pain.depices/

Copyright © LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270.

Imprimer cet article

LA FRANCE PITTORESQUE