LA FRANCE PITTORESQUE
Cahorsins
()
Publié le mardi 13 avril 2010, par LA RÉDACTION
Imprimer cet article

Prêteurs usuriers du treizième siècle. Suivant l’opinion la plus probable, ce nom leur venait de ce que des banquiers italiens établirent à Cahors la première banque que l’on eût vue en France ; et dès lors, tous ceux qui, parmi les chrétiens, faisaient le métier de changeurs, de prêteurs et de banquiers, furent nommés cahorsins, coursins, corsins, etc. Mathieu Pâris nous a conservé la formule des billets que leur souscrivaient les malheureux qui étaient forcés d’avoir recours à eux.

« Si l’argent prêté n’est pas payé et rendu au terme et lieu convenus, nous permettons, y disent les débiteurs, et nous sommes tenus de donner et de rendre aux susdits marchands, ou à l’un d’eux, ou à un de leurs délégués, tous les deux mois, un marc par chaque dizaine de marcs prêtés (ce qui faisait 60 pour cent d’intérêt) ; et, pour indemniser lesdits marchands des dommages et des pertes qui pourroient en résulter pour eux,... nous nous engageons à payer jusqu’à l’entière extinction de la dette les dépenses d’un marchand avec un cheval et un serviteur, etc. »

Ces infâmes usuriers soulevaient trop de haines pour qu’on ne prît pas contre eux de violentes mesures répressives. En 1268, saint Louis enjoignit à tous les baillis de son royaume de chasser les cahorsins dans l’espace de trois mois, délai accordé à leurs débiteurs pour leur payer le principal de leur dette sans les intérêts. Cette ordonnance fut renouvelée par Philippe le Hardi.

Copyright © LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270.

Imprimer cet article

LA FRANCE PITTORESQUE