LA FRANCE PITTORESQUE
Toul (Meurthe-et-Moselle) :
ville fortifiée depuis les Romains
(Source : L’Est Républicain)
Publié le jeudi 20 janvier 2022, par LA RÉDACTION
Imprimer cet article
Toul a toujours été fortifiée. En conséquence de quoi, tous les types de fortifications y ont eu cours. Aujourd’hui, deux grands noms sont retenus par l’Histoire : Vauban et Séré de Rivières.
 

Toul est de ces villes entièrement modelées par leur passé militaire. Qu’il s’agisse de l’enceinte Vauban qui l’embrasse à la dizaine de forts qui l’encadrent à plus ou moins de distance, elle a su exploiter cette histoire. Logan Mathiot, guide touristique, conseiller en séjour au sein de la Maison du Tourisme de Toul, nous décrypte son histoire.

Entre Strasbourg et la capitale
« Tout est lié à la position stratégique qu’occupe Toul sur le territoire. La ville est située sur l’une des deux routes qui relient Strasbourg à la capitale. Entre la Moselle et la Meuse, c’est l’une des places les plus stratégiques avec Metz et Verdun. Ces trois villes vont donc être fortifiées », raconte le guide en guise d’introduction.

Toul. Vue générale
Toul. Vue générale. © Crédit photo : Maison du Tourisme en Pays Terres Touloises

Toul connaît quatre grandes phases de fortification. La première fortification est gallo-romaine et remonte au IIIe siècle. « Il n’en reste plus grand-chose, regrette Logan Mathiot. Une enceinte médiévale, au XIIIe siècle, a permis d’inclure l’évolution de la cité. Viennent ensuite les fameuses fortifications de Vauban à la toute fin du XVIIe siècle », énumère le guide.

Pourquoi à Toul ? « Le traité de Ryswick, en 1697, redessine les frontières de la France, et redonne Nancy au duc de Lorraine. Face à cette nouvelle frontière, Toul est extrêmement bien placée. Vauban va élaborer une enceinte bastionnée avec neuf bastions. »

Une place forte étalée sur 45 km
On débute la construction à partir de 1700. Mais, comme souvent dans ces cas-là, le budget n’est pas tout à fait à la hauteur des ambitions. Par manque de moyen, vers 1712, les travaux sont ajournés. En 1725, on construit néanmoins une demi-lune, pour protéger l’entrée des eaux qui alimentent les douves.

Enceinte fortifiée à Toul
Enceinte fortifiée à Toul. © Crédit photo : Monumentum

« Ensuite, il y a de lentes modernisations jusqu’à la 4e phase, qui est la plus importante. Raymond Séré de Rivières (1815-1895), ingénieur militaire et général, va moderniser toute la ville de Toul et créer cette énorme place forte qui va s’étaler sur plus de 45 km. Tout autour de Toul, à 5, 10 ou 20 km, il va y avoir un ensemble de forts qui vont être construits pour protéger la place forte. »

La marque de Séré de Rivières
Le but de Séré de Rivières ? « Après la défaite de 1870 contre les Prussiens et face à la perte de l’Alsace-Moselle, les frontières bougent une nouvelle fois. Il était infaisable de fortifier Nancy, d’un point de vue budgétaire. Il se trouvait que Toul était à une quarantaine de kilomètres de la nouvelle frontière.

On s’était aussi rendu compte que les cités fortifiées n’étaient plus efficaces contre les progrès de l’armement. On voulait donc éloigner le danger de Toul en créant des forts autour de la ville pour la protéger. À cette époque, Toul est devenue une des plus grandes places fortes du monde. Elle pouvait compter jusqu’à 42 000 hommes », résume le guide.

Enceinte fortifiée à Toul
Enceinte fortifiée à Toul. © Crédit photo : Maison du Tourisme en Pays Terres Touloises

Trois forts à visiter tout autour
Sur la dizaine de forts qui protégeaient la ville, on peut en visiter trois aujourd’hui : le fort de Villey-Le-Sec, le fort du Vieux Canton et le fort Pelissier. Ce dernier comporte de la restauration, des hébergements et un parcours aventure. Les deux autres entretiennent une vocation patrimoniale.

« Le fort de Villey-Le-Sec est en réalité un village entièrement fortifié. L’association La Citadelle a réhabilité le fort. Elle a arpenté les forts de tout le territoire pour récupérer différentes pièces et le remettre en état. Notamment la voie de 0,60, ces fameux petits chemins de fer qui permettaient de faire tout le ravitaillement de ce système défensif. »

Le fort du Vieux Canton, quant à lui, a été construit de toute pièce dans une forêt. Visiter ces deux forts, aux conceptions très différentes, est donc un bon moyen d’apprécier les talents de stratège de Séré de Rivières !

L’Est Républicain
Accédez à l’article source

Copyright © LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270.

Imprimer cet article

LA FRANCE PITTORESQUE