LA FRANCE PITTORESQUE
Molière et le vaniteux bourgeois
(D’après « Anecdotes de théâtre : comédiens-comédiennes, bons mots
des coulisses et du parterre » (par Louis Loire), paru en 1875)
Publié le vendredi 26 juin 2020, par LA RÉDACTION
Imprimer cet article

Un bourgeois de Paris, qui faisait l’important, s’imaginant que Molière avait voulu le peindre dans Sganarelle ou le Cocu imaginaire (1660), exprimait son mécontentement contre l’auteur comique à un de ses amis.

Sganarelle ou le Cocu imaginaire. Frontispice de l'édition de 1682
Sganarelle ou le Cocu imaginaire. Frontispice de l’édition de 1682

— Comment, disait-il, un comédien aura l’audace de mettre impunément au théâtre un homme de ma condition !

— De quoi vous plaignez-vous ? répond l’ami ; il vous a peint avantageusement en ne faisant de vous qu’un cocu imaginaire ; vous seriez bien heureux d’en être quitte à si bon marché.

Copyright © LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270.

Imprimer cet article

LA FRANCE PITTORESQUE