LA FRANCE PITTORESQUE
Mentchikoff de Chartres :
le bonbon et son histoire
(D’après « Bonbons de toujours » paru en 2015 et « Illustrations de la Russie
ou galerie des personnages les plus remarquables de cet Empire sous
le règne de Pierre le Grand » (par Dimitri Bantisch-Kemensky) édition de 1829)
Publié le mardi 11 juin 2019, par LA RÉDACTION
Imprimer cet article
Créé à Chartres par le confiseur Daumesnil à l’automne 1893, afin de célébrer les belles heures de l’alliance franco-russe, le Mentchikoff est un surprenant bonbon dont l’enrobage fondant recèle un un coeur généreux de praliné-noisette
 

Le Mentchikoff de Chartres est un délicieux bonbon fourré en forme de petit galet d’un blanc immaculé. Sa coque sucrée, fondante et aérée est obtenue grâce à une meringue suisse et non à un glaçage au sucre. La meringue est obtenue à partir de blancs en neige et de sucre glace. La belle robe blanche contient un savoureux praliné aux noisettes, très onctueux en bouche. Ce cœur est composé de beurre, de chocolat noir et d’un praliné confectionné à base d’amandes et de noisettes.

À l’origine, on ajoutait un colorant qui donnait à la meringue une couleur vert pâle. Si celle-ci possède à présent « la blancheur des steppes russes sous la neige » — comme on dit à Chartres —, les Mentchikoffs continuent d’être roulés à la main avant d’être emballés en sachets ou en boîtes, illustrés d’une gravure originale de la cathédrale de Chartres.

Comme plusieurs autres spécialités, le Mentchikoff de Chartres trouve son origine dans le contexte politique de la fin du XIXe siècle. En effet, il a été créé au moment de l’euphorie de l’alliance franco-russe par le confiseur Daumesnil sis rue de la Pie à Chartres — un accord de coopération militaire venait d’être signé entre les deux puissances. Cette alliance fut souvent prétexte à inventer des produits nouveaux qui « célébraient » l’amitié entre les deux peuples. En France, ces créations, lancées sur le marché, étaient « à la russe ». Comme les Mentchikoffs, la fameuse crème à la russe est née de cet élan.

Mentchikoff de Chartres
Mentchikoff de Chartres

Leur nom fait référence à un prince russe : Alexandre Danilovitch, prince Menchikov. Dans ses mémoires sur la Russie, De Manstein affirme que, mis en apprentissage chez un pâtissier par son père — qui lui-même fut pâtissier selon certaines sources —, le « jeune garçon, qui parcourait la ville pour vendre des petits pâtés, attira sur lui l’attention de Pierre le Grand, par ses récits plaisants et ses saillies spirituelles. »

Alexandre, né à Moscou en 1672, eut l’adresse de plaire à François Lefort, alors colonel au service de la Russie. Ce dernier lui ayant un jour adressé quelques paroles, fut frappé de ses réponses pleines d’esprit, et le jugeant capable de faire quelque chose de mieux que le métier qu’il exerçait, lui proposa d’entrer à son service, ce qu’Alexandre accepta avec empressement.

Pierre Ier, visitant son favori chez lequel il se rendait souvent, aperçut par hasard ce jeune homme qui était du même âge que lui. Le noble extérieur et l’adresse d’Alexandre plurent à ce prince qui, informé par Lefort de sa valeur, le prit au palais et en fit son valet de chambre. Menchikov connut dès lors une carrière éblouissante : confident de l’empereur russe, il devint son ministre et fut élevé à la dignité de prince de l’Empire.

Mais les rivalités politiques de l’époque permirent au prince Alexis Dolgorouki de le discréditer et de le faire arrêter pour malhonnêteté. Après un court procès, il fut déchu de tous ses titres et exilé en Sibérie occidentale, avec ses enfants. Il mourut à Berezovo en 1729 dans la pauvreté.

Chocolaterie de Chartres — 14 place Marceau — 28000 Chartres
Site Internet : https://www.lachocolaterie-chartres.fr
Page Facebook : https://www.facebook.com/La-Chocolaterie-La-Macaronnerie-415368061886577

Copyright © LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270.

Imprimer cet article

LA FRANCE PITTORESQUE