LA FRANCE PITTORESQUE
Bergamote de Nancy :
le bonbon et son histoire
(Source : La Bergamote de Nancy)
Publié le samedi 11 mai 2019, par LA RÉDACTION
Imprimer cet article
La Bergamote de Nancy, ces petits écus carrés couleur soleil, régalent les fins palais depuis plus d’un siècle et demi. Son origine est incertaine : pour certains botanistes, il serait issu d’un croisement entre une orange amère et un citron vert ; pour d’autres, ce serait un hybride apparu accidentellement à partir d’un citronnier.
 

La bergamote — du turc berg-armadé ou poire du seigneur — est un agrume ressemblant aux citrons verts : zeste et quartiers la composent. On la récolte principalement de fin novembre à février. L’essence naturelle est extraite de l’écorce du fruit du bergamotier. Cette essence est utilisée dans la parfumerie, la cosmétique, le thé et bien sûr, pour créer la délicieuse saveur de la Bergamote de Nancy...

Les arbres bergamotiers (famille des rutacées) aiment les régions chaudes : la majorité des plantations de bergamotiers est située en Calabre, dans le sud de l’Italie. C’est dans cette région qu’est extraite la meilleure essence de bergamote, celle qui donne son goût incomparable à la Bergamote de Nancy.

On pourrait croire que la Bergamote aurait tiré son nom de la ville de Bergame, mais on raconte plutôt que René Ier d’Anjou, devenu duc de Lorraine en 1431 avait, lors de ses campagnes d’Italie, découvert la bergamote en séjournant dans une abbaye proche de Bergame où les moines distillaient principalement des bergamotes provenant de Calabre.


© Crédit photo : Chocolatier-confiseur Alain Batt

C’est dans l’ouvrage Le Cannaméliste Français (1768) de Gilliers, chef d’office du roi Stanislas, que l’on trouve la première mention de l’usage de l’essence de bergamote en Lorraine. Mais la Révolution française et le blocus du sucre imposé par les anglais à Napoléon donne un coup d’arrêt à l’usage de l’essence de cet agrume et de l’industrie de la confiserie. Il faudra attendre l’arrivée du sucre de betterave pour relancer cette activité.

C’est en 1857, que le confiseur Jean Frédéric Godefroy Lillich énoncera dans sa forme définitive le principe de fabrication de la Bergamote de Nancy, à savoir un sucre cuit parfumé à l’essence de bergamote. C’est cependant lors de l’Exposition Internationale de Nancy de 1909 que la Bergamote de Nancy devint très en vogue. Elle y obtient ses lettres de noblesse et acquis une notoriété internationale.

Le 29 octobre 1993, sous l’impulsion de quelques fabricants, la Bergamote de Nancy obtient le label Lorraine. Ce label a ainsi permis d’obtenir en 1996 le label IGP de la communauté européenne. Il fallait être titulaire du premier label pour pouvoir prétendre à cette protection européenne.

Pour éviter de trouver un jour des « bergamotes vertes à pois rouges », quatre confiseurs ont souscrit à une démarche qualitative exigeante qui a permis d’obtenir le label IGP, Indication Géographique Protégée. La Bergamote de Nancy est la seule confiserie en France ayant reçu le label IGP. La Confiserie Stanislas (et son propriétaire Alain Batt) a obtenu le Label Lorrain et le label IGP pour la qualité de sa fabrication.

Découvrez la Bergamote de Nancy du confiseur Alain Batt :
Site Internet : http://www.alainbatt.com/fr/bergamote-de-nancy-1.html
Page Facebook : https://www.facebook.com/alainbatt

La Bergamote de Nancy
http://www.bergamote-nancy.fr

Copyright © LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270.

Imprimer cet article

LA FRANCE PITTORESQUE