LA FRANCE PITTORESQUE
Histoire du citoyen : l’être nouveau,
de 1789 à nos jours
(par Jean de Viguerie)
Publié le vendredi 18 mai 2018, par LA RÉDACTION
Imprimer cet article
Le citoyen, sujet de ce livre, est la créature de la Révolution française. Il est l’être nouveau. Les manuels de droit l’ignorent. Il est encore sous nos yeux. Il ne se reproduit pas lui-même. C’est l’éducation nationale qui le reproduit.
 

Il est armé depuis sa naissance. Aux armes citoyens est sa devise. Il combat pour les Droits de l’homme, prend la Bastille, renverse le trône, fait inlassablement la guerre aux rois, aux empereurs et aux dictateurs. Il fournit en victimes les grandes tueries des guerres contemporaines. Il est républicain depuis l’instauration de la République en 1792, et ne peut pas ne pas l’être, s’identifiant à une république qui n’est pas un régime politique, mais un mythe, une idéologie, des « valeurs ».

Si la République disparaît, il travaille sans relâche à son retour et la fait revenir. C’est le cas par exemple en 1875 et en 1945. Si la République a des ennemis intérieurs vrais ou supposés, il les accable de sa vindicte. Il les tue. Il tue les prêtres réfractaires en septembre 1792, et les Communards en 1871. Aujourd’hui sa vindicte est la même, mais sa mission a changé. Il ne fait plus la guerre aux nations étrangères. Il a été désarmé. Sa nouvelle mission consiste à promouvoir la « diversité ».

Histoire du citoyen : l'être nouveau, de 1789 à nos jours, par Jean de Viguerie. Éditions Via Romana
Histoire du citoyen : l’être nouveau, de 1789 à nos jours, par Jean de Viguerie.
Éditions Via Romana

Dans ce nouveau combat il mobilise avec lui la société toute entière. L’entreprise, la banque, les équipes sportives, les actions humanitaires, tout doit être citoyen. C’est encore un combat. Le citoyen ne doit jamais cesser de combattre. Il est dans la servitude et ne saurait l’accepter s’il ne votait pas, mais il vote et on le fait voter de plus en plus. Le scrutin l’aide à vivre en lui procurant l’illusion de la liberté.

Spécialiste de l’histoire de l’éducation et de la pédagogie, Jean de Viguerie, qui écrit que l’école est « la Révolution permanente » insiste ainsi sur le rôle décisif joué par l’instruction publique dans la naissance du citoyen. Le citoyen ne se reproduit pas biologiquement. L’éducation citoyenne est là pour le reproduire.

Jean de Viguerie est professeur émérite des universités. Il est l’auteur de nombreux ouvrages pourtant sur le XVIIe et le XVIIIe siècle, ainsi que sur la période révolutionnaire, notamment Le sacrifice du soir : Madame Élisabeth (Le Cerf, 2011), et Histoire et dictionnaire du temps des Lumières (Robert Laffont, 1995).

INFORMATIONS PRATIQUES :
Histoire du citoyen : l’être nouveau, de 1789 à nos jours, par Jean de Viguerie. Éditions Via Romana.
300 pages. Format 13,5 x 20,5 cm. 19 euros.
ISBN : 979-1-090029897. Paru en octobre 2014

Copyright © LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270.

Imprimer cet article

LA FRANCE PITTORESQUE