LA FRANCE PITTORESQUE
Découverte d’un tableau
inconnu des frères Le Nain
(Source : France 3 Centre Val de Loire)
Publié le samedi 17 mars 2018, par LA RÉDACTION
Imprimer cet article
Représentant un enfant Jésus méditant devant une croix, il a été découvert chez une septuagénaire de Vendée
 

Belle prise pour Philippe et Aymeric Rouillac, commissaires-priseurs tourangeaux de père en fils. En octobre 2017, ils sont contactés par une septuagénaire vendéenne, qui fait énergiquement le tri parmi ses vieilles affaires. Elle dit avoir « un doute » sur un tableau reçu de sa grand-mère en 1950.

Ce doute a rapidement été dissipé par les experts parisiens qui ont étudiés le tableau : il s’agit d’une oeuvre des frères Antoine, Louis et Mathieu Le Nain, grands peintres français du XVIIe siècle. Elle sera vendue aux enchères le 10 juin à Tours. Prix de départ : un million d’euros. Mais avec une oeuvre aussi exceptionnelle, les chiffres pourraient monter bien plus haut.

Tableau crépusculaire
La toile, une huile de 72 cm sur 54 cm, représente Jésus enfant, sans doute d’environ 8 ans, à genoux, les bras croisés sur le cœur. L’enfant blond a les yeux bleus, la peau claire, les traits fins, les joues roses, les lèvres colorées (bien loin, selon certains scientifiques, de sa vraie apparence).

Stéphane Pinta, expert, et Aymeric Rouillac, commissaire-priseur, avec le tableau des frères Le Nain découvert en Vendée
Stéphane Pinta, expert, et Aymeric Rouillac, commissaire-priseur, avec le tableau
des frères Le Nain découvert en Vendée. © Crédit photo : Guillaume Souvant / AFP

À terre, le pichet avec lequel Ponce Pilate se lave les mains, l’échelle qui servira à la descente de la croix, la lanterne des soldats, qui s’éteindra au moment de la mort du Christ, les clous... Un paysage crépusculaire et un grand rideau violet accentuent le contraste de cette scène étrange.

Rare, voire exceptionnel
Le tableau apparaît, fait rare, sur sa toile d’origine. « Il est inconnu et inédit. Comme une grande partie de l’œuvre des Le Nain. Quand vous observez le visage de l’enfant, vous retrouvez le modèle fétiche des frères », explique Stéphane Pinta du cabinet d’experts parisien Éric Turquin.

Le commissaire-priseur Philippe Rouillac explique que la toile a été « confrontée un jour de fermeture du Louvre avec les quinze autres Le Nain (sur 75 connus dans le monde) exposés là-bas. Non seulement, il n’y a pas l’ombre d’un doute mais c’est aussi l’un des plus beaux ».

Yacha Hajzler
France 3 Centre Val de Loire

Accédez à l’article source

Copyright © LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270.

Imprimer cet article

LA FRANCE PITTORESQUE