LA FRANCE PITTORESQUE
10 janvier 1920 : création de
la Société des Nations
(Source : Europe 1)
Publié le samedi 9 janvier 2021, par LA RÉDACTION
Imprimer cet article

Le 10 janvier 1920, lorsque la Société des Nations voyait le Jour. C’était une des conséquences importantes de l’entrée en vigueur du maudit traité de Versailles, signé le 19 juin de l’année précédente.

La Société des Nations (la SDN comme on allait se mettre à l’appeler) est une première tentative de concertation des puissances à l’échelle mondiale. Elle avait été imaginée et promue par le président américain Woodrow Wilson, qui en avait fait l’un de ses quatorze points pour le règlement de la Première Guerre mondiale. Vous savez que, finalement, le Congrès américain s’est refusé à ratifier le Traité de Versailles ; ce n’était pas le moindre des paradoxes de cette institution (la SDN) que l’État qui se trouvait à son origine ait commencé par s’en abstenir.

Vous savez aussi que dans l’entre-deux-guerres, plusieurs autres grandes puissances quitteront la SDN : l’URSS, l’Allemagne nazie, le Japon entre autres. Comment voulez-vous, dans ces conditions, que l’institution nouvelle puisse jouer un rôle efficace ?

Caricature parue dans l'hebdomadaire satirique Le cri de Paris du 20 avril 1919 : « L'oeuf de Christophe Colomb : Société des Nations. Pourvu qu'il tienne »
Caricature parue dans l’hebdomadaire satirique Le cri de Paris du 20 avril 1919 :
« L’œuf de Christophe Colomb : Société des Nations. Pourvu qu’il tienne »

La SDN siégeait à Genève ?
Oui, en Suisse, en territoire neutre, dans des locaux construits exprès : le Palais des Nations. Cette amorce, très balbutiante, de gouvernement mondial, préfiguration de l’ONU, est fondamentale dans la mesure où elle témoigne d’un changement radical de la philosophie diplomatique ; on y envisage déjà de dépasser les vieux antagonismes nationalistes.

Du reste, la SDN aura eu davantage de succès qu’on ne le dit, ne serait-ce que dans la décennie 1920. Par la suite, elle n’était pas de taille à s’opposer à ce qui se tramait ; c’est Mussolini qui a dit : « La Société des Nations est efficace quand les moineaux piaillent, plus du tout quand les aigles attaquent ».

Franck Ferrand
Europe 1

Accédez à la chronique source

Copyright © LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270.

Imprimer cet article

LA FRANCE PITTORESQUE