LA FRANCE PITTORESQUE
Autel (Un) du XIIIe siècle
caché dans l’église de
Rupt-Devant-Saint-Mihiel (Meuse)
(Source : L’Est Républicain)
Publié le mardi 6 juin 2017, par LA RÉDACTION
Imprimer cet article
Un autel du XIIIe siècle, recouvert par un autre du XVIIIe, vient d’être découvert dans la petite église. La rareté de ce dernier devrait être un atout non négligeable pour le village
 

Lorsque 6 m2 du plafond de l’église Saint-Hilaire se sont effondrés, André Dumont, maire de Rupt-devant-Saint-Mihiel, était loin de connaître l’existence d’un petit trésor. Sous l’autel, dit en tombeau datant XVIIIe siècle, se cachait un autre autel en pierre du XIIIe siècle. « C’est exceptionnel. Il n’y a, en France, que 50 autels datant du XIIIe siècle et combien est comparable, peut-être seulement une quinzaine », jubile François Janvier, conservateur des antiquités et objets d’art du département de la Meuse.

Église Saint-Hilaire de Rupt-Devant-Saint-Mihiel (Meuse)
Église Saint-Hilaire de Rupt-Devant-Saint-Mihiel (Meuse). © Crédit photo : Fondation du patrimoine

Mais c’est le plafond qui inquiète le maire et il alerte le Département, lequel prévient à son tour l’architecte des Bâtiments de France, Thierry Mariage. « Nous nous sommes intéressés depuis quelques années au patrimoine non classé monument historique et en un peu plus d’un an, 80 édifices ont été inspectés. Nous faisons un état des lieux précis avec photos et plans afin de faire connaître aux municipalités l’état des monuments, les réparations urgentes, ceux à venir et nous donnons des conseils. Dans le cas présent, des travaux vont être entrepris pour restaurer le plafond et au niveau de la nef. Bien sûr, le maître-autel du XIIIe doit être à la vue de tous et il pourrait être proposé à la protection au titre des monuments historiques », explique Thierry Mariage.

C’est grâce à un travail en commun avec le Département, la Région et la Fondation du patrimoine, qui grâce à des souscriptions enclenche une participation financière des autres institutions, que ce genre de restauration est possible. La somme devrait atteindre les 40 000 €, largement pris en compte par la Région, le département et la Fondation du patrimoine. En contrepartie, on demandera à la commune de faire quelques animations et de mettre en valeur ce patrimoine. Une chance pour les habitants qui, fiers de leur église, vont pouvoir également attirer quelques touristes. « Nous n’avons plus de café ni de boulangerie, ça vaut la peine de se bouger pour notre patrimoine », précise le maire.

Projet sur la Fondation du patrimoine : https://www.fondation-patrimoine.org/les-projets/eglise-de-rupt-devant-saint-mihiel

L’Est Républicain
Accédez à l’article source

Copyright © LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270.

Imprimer cet article

LA FRANCE PITTORESQUE