LA FRANCE PITTORESQUE
Corse : des céramiques dans
les entrailles d’une épave
de la Renaissance
(Source : France Télévisions)
Publié le dimanche 2 octobre 2016, par LA RÉDACTION
Imprimer cet article
Tout l’été, Hervé Alfonsi et son équipe d’archéologues sous-marins ont fouillé l’épave d’un navire datant de la Renaissance au large des îles Sanguinaires en Corse. Les recherches ont permis de mettre au jour une cargaison importante de céramiques raffinées, d’outils d’artisans et de pierres. Le navire n’a pas fini de livrer tous ses secrets et les recherches se poursuivront l’an prochain.
 

C’est une véritable enquête que poursuit l’archéologue sous-marin Hervé Alfonsi. Depuis 1987, il plonge avec ses co-équipiers dans les eaux profondes de la Méditerranée pour fouiller les épaves de vieux navires ayant sombré aux abords des côtes corses. Un émerveillement de longue haleine qui met au jour des trésors cachés, enfouis, témoins d’autres époques. Cet été, c’est au large des Îles Sanguinaires (au nord d’Ajaccio) que le chercheur a plongé et fouillé les entrailles d’un navire qui daterait de la Renaissance.

Iles Sanguinaires et Tour de la Parata (Corse)
Iles Sanguinaires et Tour de la Parata (Corse)

Le vieux navire n’a pas fini de livrer tous ses secrets mais l’enquête progresse. Ses deux ancres sont encore visibles et les archéologues ont découvert des outils d’artisans, des céramiques raffinées et même une meule. A ce stade Hervé Alfonsi penche pour deux hypothèses : « un bateau de commerce Génois qui rentrait sur Ajaccio ou qui participait à l’édification d’une des deux tours des îles Sanguinaires ».

En effet, la cargaison était aussi chargée d’un stock important de pierres. En analysant la composition minérale de ces roches, le naturaliste Jean Alessandri pencherait pour l’utilisation du calcaire comme le ciment des tours génoises. « En le chauffant, on obtient de la chaux qui était le ciment de l’époque », affirme-t-il.

Odile Morain
France Télévisions

Accédez à l’article source

Copyright © LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270.

Imprimer cet article

LA FRANCE PITTORESQUE