LA FRANCE PITTORESQUE
O rus, quando te aspiciam ?
()
Publié le jeudi 23 juin 2016, par LA RÉDACTION
Imprimer cet article
O campagne, quand te reverrai-je !
 

Fatigué du bruit de la ville, Horace (livre II, sat. VI, v. 60) aspire au repos des champs :

O rus ! quando ego te aspiciam, quandoque licebit
Nunc veterum libris, nunc somno et inertibus horis
Ducere sollicitae jucunda oblivia vitae.

« O campagne, quand te reverrai-je ? Quand pourrai-je, dans la lecture de des vieux auteurs, dans le sommeil ou la paresse, oublier doucement les fatigues de la vie. » Bien souvent on a répété l’exclamation d’Horace.

« Je serai au mois d’août à la Brède : O rus, quando te aspiciam ? » (MONTESQUIEU, Lettres)

Copyright © LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270.

Imprimer cet article

LA FRANCE PITTORESQUE