LA FRANCE PITTORESQUE
Nimium ne crede colori
()
Publié le mardi 21 juin 2016, par LA RÉDACTION
Imprimer cet article
Ne vous fiez pas aux apparences (VIRGILE, églogue II, v. 17)
 

Le sens de cet hémistiche, plus restreint dans la bouche du berger Corydon, a été généralisé par l’usage. Colori, dans le passage de Virgile, signifie un certain genre de beauté.
C’est le berger Corydon qui parle : « Que n’ai-je aimé Ménalque, quoique son teint noir n’ait pas l’éclat du tien. Ne t’enorgueillis pas trop de ta blancheur. On laisse tomber le blanc troène, on cueille le noir hyacinthe ! »

« J’ai trois sortes d’amis, disait ironiquement Voltaire ; les amis qui m’aiment, les amis à qui je suis indifférent, et les amis qui me détestent. Cette saillie présente la classification la plus exacte sous laquelle on puisse ranger les amitiés d’aujourd’hui. Nimium ne crede colori, cet antique adage s’applique aux fausses démonstrations d’amitié, comme aux feux expirants de l’automne. » (Galerie de littérature)

« Pour les courtisans, la douceur n’est rien moins qu’une vraie image de la fausseté et de la méchanceté ; méfiez-vous des flatteries du serpent. Tout au rebours, la rudesse n’est souvent qu’une austère franchise, et l’on connaît les bourrus bienfaisants. Tels sont particulièrement les militaires, les marins, la plupart des hommes forts ; ils sont bons et ne sont pas doux : Nimium ne crede colori. » (J.-J. VIREY)

Copyright © LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270.

Imprimer cet article

LA FRANCE PITTORESQUE