LA FRANCE PITTORESQUE
Panier
(D’après « Curiosités de l’étymologie française », paru en 1863)
Publié le mardi 21 juin 2016, par LA RÉDACTION
Imprimer cet article

Nombre de dictionnaires, tant anciens que modernes, expliquent que du latin panis vient naturellement panier, ustensile propre à porter le pain. Mais cette explication est erronée, car si panier était un dérivé de panis, nos pères eussent formé le mot panisier au lieu de panier.

Certains ont imaginé faire dériver le mot, non de panis, mais de panarium, comme grenier de granarium, casier de casearium, cellier de cellarium, etc. Seulement, tous ces mots signifient non pas un ustensile propre à porter du pain, du blé, du fromage, etc., mais un lieu propre à conserver ces différents comestibles.

Certes, on peut toujours objecter que panis, d’où vient sans conteste panarium, entre pour quelque chose dans la formation de panier, puisque si on ne conserve pas le pain dans un panier, on y en met du moins quelquefois. A quoi il faut répondre que c’est précisément parce qu’on met quelquefois du pain dans un panier, et toujours toutes sortes de provisions, que ni panis, ni panarium, n’ont servi à former panier.

En réalité, c’est du mot penarium qu’on forma panier. Le penarium était l’endroit où l’on mettait en réserve toutes les victuailles, le manger aussi bien que le boire. Ce mot vient de penu indéclinable, ou penus, au génitif penoris, tiré du vocable grec signifiant j’apprête (rencontré dans l’Iliade dans le sens de préparer, apprêter le dîner). Ce nom de penarium, qui est un nom de lieu, fut appliqué à un ustensile qui en est pour ainsi dire l’abrégé, puisqu’il remplit les mêmes fonctions, et nous l’avons appelé à l’origine, non pas panier, mais penier.

Au XIVe siècle, panier était un solécisme. Qui disait panier et non penier se faisait moquer de lui. En voici le témoignage, sous la plume du linguiste et philologue Charles du Fresne du Cange, qui écrit dans son Glossaire, au mot panerius :

« Un varlet que l’en appelloit, si comme l’en dit, Perrin Frémil, lequel il (le suppliant) ne cognoissoit, lui dist que un enfant que ycellui Perrin tenoit, il meist dedans ses peniers pour le porter, et le dit Jehan considérant que ce n’eust pas esté l’aisement de l’enfant ne de sa beste, mesmement que les panniers estoient parfons comme bachoes, lui dist que il le mettroit devant soy. Et le dist Perrin respondi que non, et dist que n’en feroit riens, se il ne le mettait en paniers ; lequel Jehan, quant il le oy ainsi fourchier en langaige, en disant paniers, prist à rire et dist par esbatement : Meschance aviengne à la vieille qui te aprist à parler. Lequel Perrin en soy attaynant de ce, respondi : Mais à vous, ribaut. »

A noter que du Cange, qui fournit cette autorité considérable à l’appui de la conjecture précédente, ne s’est pas aperçu qu’elle contredisait la sienne, car il était pour l’étymologie de panis...

De son côté, le grammairien du XVIIe siècle Gilles Ménage dit bien que panarium signifiait un lieu où l’on mettait le pain, mais, ajoute-t-il, « il a signifié ensuite un panier en général », et il cite cet exemple tiré de Suétone, dans la vie de Caligula : Sparsit et missilia rerum, et panaria cum obsonio viritim dimisit. Mais panaria ne veut pas dire ici panier, au sens où nous l’entendons aujourd’hui ; en tout cas, il ne tirait nullement son nom du pain qui y était contenu, puisque les mots cum obsonio indiquent qu’il contenait toute autre chose que du pain. Obsonia est tout aliment cuit sur le feu, tels que fricots, ragoûts, etc. Les Gloses d’Isidore disent de panarium, excipulum. Or excipulum signifie vase, ou, comme on dirait aujourd’hui, récipient.

Les autres exemples de Ménage ne sont pas plus concluants. Aussi pouvons-nous affirmer que dans l’exemple tiré de Suétone et dans tous les autres que produit Ménage, il y a eu altération du mot par les copistes, et qu’au lieu de panarium, c’est penarium qu’il faut lire. Il est vrai qu’alors penarium ne pourrait signifier un lieu à mettre des provisions de bouche ; il serait donc un penarium portatif, un panier, si l’on veut, ou, comme nous avons commencé par dire, un penier.

Copyright © LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270.

Imprimer cet article

LA FRANCE PITTORESQUE