LA FRANCE PITTORESQUE
Ex ungue leonem
()
Publié le mercredi 4 mai 2016, par LA RÉDACTION
Imprimer cet article
On reconnaît le lion à la griffe
 

On reconnaît le lion à la profondeur des blessures faites par sa griffe puissante ; on reconnaît à certaines traces particulières laissées dans leurs citations diverses, le poète, le peintre, le sculpteur, l’homme de génie ; dans un sens plus général, on reconnaît un grand peuple aux ruines qui lui ont survécu. Telle est la signification allégorique du proverbe latin ex ungue leonem.

« Le plan que se proposait Pascal est très philosophique et très exécutable, et personne ne pouvait l’exécuter mieux que lui, à en juger seulement par les fragments qui nous restent, tout informes qu’ils nous sont parvenus. La liaison des idées est nécessairement perdue ; mais celle de pensée et d’expression suffirait pour l’immortaliser. Ex ungue leonem, c’est ce qu’on peut dire à chaque page de ce singulier recueil, qui ne parut qu’après sa mort sous le titre de Pensées. » (LA HARPE, Cours de littérature)

« Les bains sans baignoires — Nous n’aurions pas vu le nom de notre très excellent confrère, le docteur Mathias Mayor, inscrit à la suite de ce titre, que nous n’aurions pas hésité un seul instant à lui en faire honneur. Ces traits foudroyants n’appartiennent qu’à lui : Ex ungue leonem. » (L. PEISSE, La Médecine et les Médecins)

« Dans Pascal, l’écrivain de génie se trahit à chaque pas par quelque tour superbe ; souvent son âme semble s’échapper dans un mot, la grandeur de sa passion éclate en un accent inconnu, ou bien illumine tout à coup quelque locution vulgaire de je ne sais quel reflet créateur. Nul n’a aussi vivement empreint sa langue d’un sceau original et profond. On reconnaît Pascal tout d’abord : Ex ungue leonem. » (Charles LABITTE)

« Mais dites-moi, de grâce, qu’était-ce donc que ces villes dont les pots cassés formaient des montagnes ? Ex ungue leonem : je juge des anciens par leurs cruches, et ne vois chez nous rien d’approchant (il s’agit d’antiquités trouvées dans des fouilles). » (Paul-Louis COURIER)

Copyright © LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270.

Imprimer cet article

LA FRANCE PITTORESQUE