LA FRANCE PITTORESQUE
2 mai 1519 : disparition de
Léonard de Vinci à Amboise
(Source : Europe 1)
Publié le lundi 2 mai 2016, par LA RÉDACTION
Imprimer cet article

Escale au 2 mai 1519, à Amboise, au manoir du Cloux ; ravissante demeure que nous appelons le Clos-Lucé. Ce 2 mai voit disparaître Léonard de Vinci. Une légende tenace voudrait que le maître italien ait rendu son dernier soupir dans les bras du roi François Ier. On sait aujourd’hui, indubitablement, que c’est faux. Mais l’image est belle, elle a été représentée par un autre génie de la peinture : Ingres.

Pourquoi Léonard de Vinci était-il à Amboise à ce moment-là ?
Le roi de France, François Ier, et sa mère, Louise de Savoie, l’avaient invité, en 1516, à venir s’installer en France. Le Maître a quitté l’Italie et traversé les Alpes à dos de mule, emportant avec lui quelques tableaux, dont la Joconde. Il a été nommé « Premier peintre, Premier ingénieur et Premier architecte du Roi » — un roi qui l’a hébergé, pensionné et surtout laissé libre de travailler à sa guise.

Léonard de Vinci
Léonard de Vinci

Léonard a bien voulu œuvrer à des spectacles de Cour, et a fait quelques plans pour le domaine de Louise de Savoie. Travaux d’urbanisme, d’hydraulique et, bien entendu, de mécanique qui passionnaient ce génie vieillissant, bien autrement que la peinture.

Mais il n’a pas vraiment eu le temps de profiter de sa liberté nouvelle. Trois ans, à peine. Et puis la maladie a eu raison de lui, ce 2 mai 1519. Un cortège de soixante mendiants — c’était sa volonté — l’accompagnera jusqu’à sa dernière demeure, la collégiale Saint-Florentin du château d’Amboise. A son disciple, Francesco Melzi, il léguera ses pinceaux, ses livres et... ce qu’il lui restait de ses œuvres. Innombrables croquis, dessins et tableaux seront dispersés par la suite.

Son héritage demeure, aujourd’hui
La Joconde et le Saint-Jean-Baptiste, notamment, sont au Louvre. On doit aussi à Léonard des inventions techniques telles que l’ancêtre du char d’assaut ou même le principe de l’hélicoptère.

Franck Ferrand
Europe 1

Accédez à la chronique source

Copyright © LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270.

Imprimer cet article

LA FRANCE PITTORESQUE