LA FRANCE PITTORESQUE
Marie
()
Publié le mardi 5 avril 2016, par LA RÉDACTION
Imprimer cet article

Marie vient de Miriam, mot hébreu qui signifie « celle qui est élevée », c’est-à-dire au-dessus des autres. Marie est donc la femme supérieure qui force le respect et l’admiration.

Les Marie ont un esprit naturellement sérieux et sagace, plein de finesse. Leur caractère a un grand fond de douceur et de tendresse. Leurs manières sont simples, de bon ton, sans embarras.

Elles sont bonnes, généreuses même, trop fières pour jamais mentir. Par leur franchise et leur loyauté, elles s’acquièrent de précieuses amitiés.

Leur vive imagination fait qu’elles se bercent parfois de rêves brillants, mais le plus souvent impossibles à réaliser. Elles ont assez de sagesse, cependant, pour ne se laisser diriger que par leur raison.

Certaines Marie sont moins parfaites ; elles ont une humeur insupportable ; elles sont jalouses, chagrines, soupçonneuses, mécontentes, elles manquent de discernement. Il y a des Marie qui ont des tendances au mysticisme et à la bigoterie. Ce sont aussi, d’autres fois, des femmes possédant l’esprit le plus fin, le plus subtil qu’on sache imaginer. Elles ont de la modestie, un charme qui veut s’ignorer.

Ce sont plutôt des femmes rêveuses et tendres ; généralement, elles ont les sens calmes ou facilement satisfaits.

Fête : 15 août.
Origine : issu de l’hébreu Myriam signifie celle qui élève.
Talismans (couleur, plante, pierre) : émeraude, rose, rose.
Devise : Toujours mieux !
Femmes connues ainsi prénommées : Marie de Médicis, Madame de Sévigné, Madame Roland, Marie Mancini, Mademoiselle de Fontanges, la princesse de Lamballe, Madame la Comtesse de Lafayette, la comtesse d’Aulnoy, Madame du Deffand, Madame Geoffrin, Marie Nodier, Madame Pape-Carpentier, La Champmeslé, Marie Favart, Marie Laurent, la Malibran.

Copyright © LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270.

Imprimer cet article

LA FRANCE PITTORESQUE