LA FRANCE PITTORESQUE
Madeleine
()
Publié le mardi 5 avril 2016, par LA RÉDACTION
Imprimer cet article

Les Madeleine sont séduisantes, agréables, souvent jolies ; elles ont l’esprit léger, superficiel, qui ne se donne pas le temps d’approfondir ; elles sont même étourdies.

Assez exubérantes, bavardes, expansives, elles partent sans trop réfléchir à ce qu’elles disent. Elles sont vives, actives, remuantes ; elles ont la maladie à la mode : la bougeotte ; elles aiment le changement et c’est un supplice quand elles doivent demeurer longtemps à la même place.

Elles n’ont pas une ambition excessive et savent modérer leurs goûts, leurs penchants, car elles sont suffisamment intéressées. Elles ont l’air de vouloir dominer et régenter tout le monde et souvent, pourtant, elles se laissent conduire par le bout du nez. Du moment qu’elles ne s’en aperçoivent pas, l’amour-propre est sauf.

Elles ont une intelligence vive mais fugitive, qui ne s’assujettit pas facilement à l’étude et à la réflexion.

Elles sont courageuses dans l’adversité. Quand elles ont des dispositions pour les arts, elles acquièrent beaucoup de finesse et savent montrer une âme délicate et semble.

Elles sont sentimentales à vingt ans, voluptueuses à trente.

Fête : 22 juillet.
Origine : issu de l’hébreu Magdala. Nom d’un village de Galilée où demeurait Marie-Madeleine.
Talismans (couleur, plante, pierre) : jaune, reine-marguerite, topaze.
Devise : J’espère !
Femmes connues ainsi prénommées : Madeleine Lemaire, Madeleine Lely, Madeleine Roch.

Copyright © LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270.

Imprimer cet article

LA FRANCE PITTORESQUE