LA FRANCE PITTORESQUE
Le gouvernement anglais réclame
l’anneau de Jeanne d’Arc
(Source : Ouest France)
Publié le dimanche 20 mars 2016, par LA RÉDACTION
Imprimer cet article
Le parc vendéen du Puy du Fou avait acheté le 26 février cet anneau attribué à la Pucelle d’Orléans et l’a présenté au public ce dimanche. Mais les Anglais veulent le récupérer.
 

Et un nouveau rebondissement, un ! La saga de l’anneau de Jeanne d’Arc se joue décidément en plusieurs épisodes et avec un certain sens du suspense, depuis plus de trois semaines.

Ce dimanche, à l’occasion de la présentation publique de cet anneau acheté lors d’une vente aux enchères à Londres le 26 février — pour près de 377 000 € — plusieurs milliers de personnes avaient fait le déplacement dans la cour du château du Puy du Fou.

Et c’est Philippe de Villiers, conscient de son effet, qui a douché l’enthousiasme, pendant son discours. « Un élément nouveau nous arrive du Royaume-Uni. Le gouvernement anglais a adressé à notre avocat une demande inouïe : le retour de l’anneau à Londres ». Stupeur générale et bronca. « On nous dit que le conseil national des arts (The Arts council of England, grande autorité culturelle, NDLR) considère que cet objet fait probablement partie, je cite, des objets à haute valeur symbolique nationale et qu’à ce titre, il devait être soumis à une législation particulière. »

L'anneau de Jeanne d'Arc acquis le 26 février 2016 par le parc vendéen du Puy du Fou
L’anneau de Jeanne d’Arc acquis le 26 février 2016 par le parc vendéen du Puy du Fou

Selon cette demande, le Puy du Fou aurait dû passer par l’obtention d’une licence d’exportation, prévue par un règlement européen. « Nous avons vérifié ce fameux règlement, reprend Philippe de Villiers. Il dit que les biens culturels sont soumis à une licence d’exportation s’ils franchissent les frontières de l’Union européenne. Dans l’esprit des Anglais, il y a donc un Puy du Fou exit, qui signifierait que nous serions hors de l’union européenne. Ça n’est pas du tout notre intention. »

Le Puy du Fou, qui prépare actuellement un grand spectacle, dans le nord-est de l’Angleterre, dont la première débutera en juillet, assure ne pas vouloir se fâcher avec les sujets de Sa Majesté. « Nous porterons notre réponse au gouvernement anglais demain. » Mais pas question pour autant de rendre l’anneau. « Messieurs les Anglais, si vous voulez voir l’anneau, welcome to the Puy du Fou, conclut Philippe de Villiers, en anglais dans le texte. Pour le reste, it’s too late. »

Benoît Guérin
Ouest France

Accédez à l’article source

Copyright © LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270.

Imprimer cet article

LA FRANCE PITTORESQUE