LA FRANCE PITTORESQUE
Jean
()
Publié le jeudi 23 juillet 2015, par LA RÉDACTION
Imprimer cet article

Ce prénom, très répandu, confère des qualités bien françaises, qui symbolisent le tempérament de nos racines. Les Jean sont francs, généreux, enthousiastes. Ils sont audacieux, épris d’indépendance, de liberté, d’idées nouvelles. Effervescents, avec même une tendance à la révolte, dans leur jeunesse, ils se calment avec l’âge, acquièrent de la pondération. Il y a en eux, dans la jeunesse, une force, un besoin de vivre, qui se manifestent jusqu’à l’exubérance.

Ils ont de la sensibilité, de la bienveillance, de la sociabilité. Leurs facultés sont bien équilibrées ; leur caractère est égal et ferme ; mais ils aiment le tumulte. De tempérament nerveux et sanguin, ils sont aptes à la fois aux travaux manuels et aux travaux intellectuels. Ils ont une volonté bien arrêtée, de l’entrain, de la gaieté, de la rondeur et de la bonhomie.

Ils ont plus d’amour-propre que d’ambition. Ils savent amasser leur gain et conserver leurs bénéfices. Ils ont une tendance à l’opposition, mais sans méchanceté ; ils se plaisent à contredire et à dominer. Au fond, ils sont faciles à mener quand on les tient, on en fait ce qu’on veut.

Ils sont sujets aux passions amoureuses. Pour une femme, ils peuvent faire bien des bêtises. Ils sont à la fois sentimentaux, voluptueux et d’une sensualité ardente, que rien ne peut réfréner.

Matérialistes en même temps qu’idéalistes, ils ne dédaignent pas les autres jouissances de l’existence, et font honneur à une bonne table.

Fête : 4 août.
Origine : vient de l’hébreu yo et hânan qui signifie Dieu est miséricordieux.
Talismans (couleur, plante, minéral) : blanc, acanthe, émeraude.
Devise : Épargne vaut richesse !
Hommes connus ainsi prénommés : Jean d’Alembert, Jean Richepin, Jean Goujon, Jean-Paul Laurens, Jean-Paul Marat, Molière, Jean Dupuy, Carpeaux, Colbert, Carot, Gutenberg, Racine, Rameau, La Fontaine, Calvin, La Bruyère, Lannes.

Souvent, on ajoute à Jean un autre prénom, ce qui amène une fusion des qualités et des défauts afférents à chacun d’eux ; c’est même le second prénom qui tend à remporter sur le premier.

Pour Jean-Marie, Jean-Paul et Jean-Pierre, par exemple, il y a donc lieu de se reporter à la signification propre de Marie, de Paul et de Pierre.

Copyright © LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270.

Imprimer cet article

LA FRANCE PITTORESQUE