LA FRANCE PITTORESQUE
Lo berret qu’ei bearnés !
Le béret est béarnais !
(Source : France 3 Aquitaine)
Publié le mercredi 7 mars 2018, par LA RÉDACTION
Imprimer cet article
Le Béarn revendique la paternité du béret, et ce couvre-chef devient le symbole même du Français, tant chez les anglo-saxons qu’un peu partout dans le monde. Sa fabrication elle, s’enracine au pied des Pyrénées.
 

Ce fut l’apanage du berger béarnais, un béret protecteur contre les éléments naturels : froid ou la pluie. La couleur, variable au cours du temps, a eu une forte charge symbolique. Écru à l’origine, il a été soit blanc, soit teinté en brun, en bleu, en rouge, selon les régions et les communautés pyrénéennes. À partir du XXe siècle, la couleur la plus courante pour les bérets civils est le noir. Attribué sous sa forme la plus large aux bataillons de chasseurs alpins, le béret est progressivement devenu la coiffure militaire la plus répandue dans le monde, avec des couleurs et des insignes variés, et des manières de le porter très codifiées.

Sa patrie : le Sud-Ouest
Le port du béret est un élément d’identité culturelle forte dans le sud-ouest de la France. Même si son usage tend malgré tout à rester modeste chez les jeunes générations, il persiste cependant dans les campagne. Marqueur social et communautaire, les jeunes n’hésitent cependant pas à l’arborer à l’occasion des férias.

Le béret de Madame
Comme tous les éléments vestimentaires masculins, il a fini par tomber dans l’escarcelle de ces dames. Devenu un élément de la mode féminine en France dans les années 1930, promu par les grands couturiers parisiens et coiffant notamment certaines vedettes de cinéma de l’époque : Michèle Morgan, Greta Garbo, etc. Brigitte Bardot en porte un dans le film de la chanson Bonnie and Clyde interprétée en duo avec Serge Gainsbourg.

Fabrication : la technique de la galette
Le béret est exclusivement en laine tricotée, sous forme d’une grande galette circulaire, mais ouverte du centre au bord. Les bords sont ensuite réunis par un remaillage, de façon à former le béret. La partie centrale présente une ouverture circulaire. Les bérets sont mis dans un bain et foulonnés : les fibres se resserrent, la laine est feutrée et le béret acquiert ses dimensions quasi-définitives. La durée du feutrage détermine le degré de solidité et d’imperméabilité.

France 3 Aquitaine

Accédez à l’article source

Copyright © LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270.

Imprimer cet article

LA FRANCE PITTORESQUE