LA FRANCE PITTORESQUE
Découverte de squelettes
bien conservés en plein Paris, au pied de
l’église Saint-Germain-des-Prés
(Source : Le Figaro)
Publié le vendredi 10 juillet 2015, par LA RÉDACTION
Imprimer cet article
Une sépulture de l’époque mérovingienne et carolingienne a été découverte à Saint-Germain-des-Prés, le 3 juillet 2015, nous apprend le site de la mairie de Paris. Elle contient les ossements de onze corps dans un excellent état de conservation, reposant dans des sarcophages.
 

Les sous-sols de Paris sont un véritable mystère. Vendredi 3 juillet 2015 ont été découvertes au pied de l’église Saint-Germain-des-Prés, dans le VIe arrondissement de Paris onze tombes anciennes, selon les informations du site de la mairie de Paris.

En plein centre-ville, alors que la canicule sévit encore, une petite équipe d’archéologues a déterré sous des strates géologiques, des squelettes reposant dans des sarcophages. Ensevelie au pied de l’édifice le plus ancien de la capitale, les archéologues ont exhumé une nécropole mérovingienne.

L’église de Saint-Germain-des-Prés est actuellement en rénovation, ce qui exige de faire appel à une équipe d’archéologues pour des fouilles préventives. Le sol de Paris regorge de trésors historiques. On ne peut donc se permettre de creuser de sol sans s’assurer que la zone ne cache pas quelques ressources archéologiques. « Les fouilles ont démarré en juin avant le lancement des travaux de restauration des décors intérieurs (réalisés par le peintre Hippolyte Flandrin, NDLR) de l’édifice religieux » affirme Martial Braconnier, ingénieur chargé de la sous-direction du patrimoine et de l’histoire à la ville de Paris.

Église Saint-Germain-des-Prés, à Paris
Église Saint-Germain-des-Prés, à Paris

Depuis plus d’un mois, les fouilles menées par le département d’Histoire de l’Architecture et d’Archéologie de Paris au sein de la direction des Affaires Culturelles, se révèlent être fructueuses. En effet, les découvertes s’enchaînent : plusieurs tombes ont été déterrées au sud de l’église. « La plupart des sarcophages sont en plâtre. Les tombes en pierre, plus rares, datent de l’époque carolingienne », explique David Coxall, le responsable du pôle archéologie. On compte en effet trois sarcophages en plâtre de l’époque mérovingienne (481-751) et huit caveaux en pierre datant de l’époque carolingienne (751-888) conservant incroyablement bien des squelettes intacts.

Eléonore Boulard
Le Figaro

Accédez à la suite de l’article source

Copyright © LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270.

Imprimer cet article

LA FRANCE PITTORESQUE