LA FRANCE PITTORESQUE
L’Académie française
contre la réforme de l’enseignement
(Source : Le Figaro)
Publié le mardi 23 juin 2015, par LA RÉDACTION
Imprimer cet article
« Affaiblissement des disciplines fondamentales, mauvais coup porté à la langue française, développement des inégalités... » Dans un communiqué, les Immortels disent pourquoi ils s’opposent à la réforme de la ministre de l’Éducation nationale.
 

Les Immortels mettent en avant trois arguments fondamentaux.

« Un défaut de structure qui interdit la compréhension »
Premier argument : « La réforme d’ensemble concerne à la fois la réforme des programmes d’enseignement de la fin du primaire et du collège, qui sont encore en consultation, et la réforme du collège qui a fait l’objet d’un décret et d’un arrêté sans que les programmes enseignés soient définis. Il y a là un défaut de structure qui interdit la compréhension et dissimule la logique même des réformes proposées. »

« Affaiblissement des disciplines fondamentales »
Deuxième argument : « L’Académie déplore que l’ensemble de la réforme repose sur deux principes implicites : l’affaiblissement des disciplines fondamentales et le bouleversement du calendrier d’acquisition des connaissances et des compétences, c’est-à-dire leur remplacement au profit de thématiques interdisciplinaires. » Selon l’Académie : « Les projets posent en fait le principe d’un effacement des disciplines traditionnelles au profit de thématiques interdisciplinaires, dont l’objet est le plus souvent ponctuel, dicté par l’actualité ou directement appelé par l’environnement immédiat des élèves. »

L'Académie française
L’Académie française

Et d’ajouter que les itinéraires pédagogiques élaborés au sein de chaque établissement ne permettront pas de « lutter efficacement contre l’échec scolaire », et ne favoriseront pas la réussite pour tous, but visé par la réforme. Bien au contraire, expliquent les académiciens, cette réforme « a toute chance de perpétuer voire de développer les inégalités ».

« Un mauvais coup porté à la langue française »
Troisième argument : « L’Académie insiste sur sa vive préoccupation concernant la place faite à la langue française dans les projets de réforme en cours. Elle considère qu’aucun redressement de notre système éducatif ne pourra être opéré si l’accent n’est pas mis sur l’apprentissage du français, dont la maîtrise et la compréhension sont la condition d’accès aux autres disciplines. Les difficultés rencontrées par un trop grand nombre d’élèves dès l’entrée au collège proviennent des lacunes constatées dans l’acquisition du socle des connaissances dispensées dans l’enseignement primaire : elles tiennent en particulier à une maîtrise insuffisante de la lecture et de l’expression écrite et orale. »

Ensuite, l’Académie française rappelle que « le patrimoine littéraire constitue un élément essentiel de l’enseignement de la langue française ». « Elle regrette vivement la disparition quasi complète, dans le document — par ailleurs incompréhensible dans sa formulation — concernant la classe de 6e, de toute référence à des textes, des œuvres ou des courants littéraires, tandis que pour les autres classes du collège, seuls quelques genres sont mentionnés. »

Mohammed Aissaoui
Le Figaro

Accédez à la suite de l’article source

Copyright © LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270.

Imprimer cet article

LA FRANCE PITTORESQUE