LA FRANCE PITTORESQUE
Nature et histoire : Luynes
soigne sa carte de visite
(Source : La Nouvelle République)
Publié le mercredi 10 juin 2015, par LA RÉDACTION
Imprimer cet article
Forte de son patrimoine naturel et historique, Luynes veut s’imposer comme un point de passage incontournable pour les touristes en Touraine
 

Il faut bien le reconnaître : aux yeux des Tourangeaux, Luynes n’est pas la commune la plus renommée sur le plan touristique, en Indre-et-Loire. Et pourtant, son immense territoire de 3.405 hectares mérite le détour (pour ne pas dire une petite étape) aussi bien pour ses qualités naturelles que pour ses atouts historiques. A son positionnement en bordure du fleuve, au cœur d’un Val de Loire inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco, s’ajoute ainsi une myriade de points d’intérêts hérités du passé. Le fruit « de 2.000 ans d’histoire », comme le rappelle le maire, Bertrand Ritouret.

Vers un classement des milieux naturels
L’aqueduc romain du IIe siècle, situé au nord-est de la commune, constitue l’un des éléments les plus visibles et les plus emblématiques de cette richesse patrimoniale. « Il n’y en a que cinq en France », insiste le maire, avant de s’attarder sur le bourg, où se dressent des bâtiments remontant au XVe siècle. « On y trouve notamment les halles, construites en 1452, qui sont les plus vieilles du département », poursuit Bertrand Ritouret.

Luynes (Indre-et-Loire)
Luynes (Indre-et-Loire)

Les amateurs de belles demeures trouveront, à coup sûr, leur compte à Luynes, « où l’on recense 13 châteaux (dont celui des ducs de Luynes, en centre-ville, ndlr), manoirs et closeries ». Pour autant, la Ville, qui compte aujourd’hui 5.380 habitants, n’a évidemment pas échappé à une évolution de son habitat au fil des siècles. Et les zones pavillonnaires ont, comme partout ailleurs, fait leur apparition. « Mais on ne voit jamais les pavillons depuis les différents points de vue de la ville, car ces habitations sont situées dans des " creux " et donc masquées », assure le maire.

Reconnue « commune touristique » depuis l’été dernier, Luynes est aujourd’hui entrée dans une autre phase de classement, initiée par l’État depuis quatre ans et relative à la loi du 2 mai 1930. Elle doit aboutir, d’ici la fin de l’année, à la protection « des milieux naturels et de la qualité paysagère sur plusieurs secteurs (château des ducs de Luynes, coteau, les Varennes, aqueduc et Loire) », souligne-t-on au service urbanisme de la mairie. Parallèlement, la Ville va se doter d’une aire de mise en valeur de l’architecture et du patrimoine (Avap) garantissant la préservation des bâtiments du centre-ville.

Autant de « boucliers » susceptibles de maintenir l’authenticité et la singularité que Luynes s’efforce de cultiver. Car derrière ces démarches, il y a un véritable enjeu pour la commune : présenter une carte de visite résolument touristique — avec un rayonnement national, voire international — pour en faire un levier de développement économique.

Johan Guillermin
La Nouvelle République

Accédez à la suite de l’article source

Copyright © LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270.

Imprimer cet article

LA FRANCE PITTORESQUE