LA FRANCE PITTORESQUE
Timbre (Un nouveau)
évoque le couronnement
de Charlemagne à Noyon
(Source : Le Courrier picard)
Publié le lundi 20 avril 2015, par LA RÉDACTION
Imprimer cet article
Deux nouveaux timbres évoquant Charlemagne sont émis par La Poste. L’un d’eux rappelle son couronnement de roi à Noyon, en 768. Le précédent timbre de Charlemagne avait été émis le 5 novembre 1966.
 

C’est une vente qui marche bien. Près de 200 personnes se sont rendues dans le salon de l’hôtel de ville, où la Poste avait installé exceptionnellement un bureau de vente, à l’occasion de l’émission de deux nouveaux timbres sur Charlemagne, la deuxième semaine d’avril. Avec la présence du graveur, Louis Boursier, qui a pris plaisir à répondre aux questions des visiteurs tout en dédicaçant le bloc de timbres.

Charlemagne roi des Francs. Noyon - 768
Charlemagne roi des Francs. Noyon - 768

Les deux timbres font partie de la série « Les grandes heures de l’Histoire de France », éditée par La Poste depuis plusieurs années. Le premier timbre vendu en avant-première à Noyon est intitulé « Charlemagne roi des Francs Noyon 768 ». Il évoque le couronnement de Charlemagne à Noyon. Le jeune roi n’avait alors qu’une vingtaine d’années, au moment de commencer à diriger le royaume. « C’est une date importante de l’histoire de Noyon que l’émission du timbre permet de rappeler », note la première adjointe municipale, Carole Bonnard.

« Je n’avais que du texte, aucun dessin »
Le second timbre est intitulé « Charlemagne et l’école, 789 ». Un peu d’histoire, évoquée par le conseiller municipal Fabien Crinon, explique la gravure représentant le roi des Francs avec des enfants en train d’étudier : « Charlemagne avait décidé la restauration des écoles monastiques et épiscopales, afin de mieux former le clergé et les laïcs. » Pour créer ces deux documents, le graveur a travaillé en taille réelle, alors que le plus grand timbre ne dépasse le format 52 par 41 mm. « Je grave sur des plaques d’acier à l’aide d’une loupe binoculaire », précise le graveur. Ce dernier respecte le projet fourni par une commission formée notamment d’historiens. « Je n’avais que du texte, aucun dessin. Je me suis allé à la bibliothèque nationale pour rechercher des documents sur Charlemagne, pour respecter les formes et les couleurs des vêtements... »

Charlemagne et l'école - 789
Charlemagne et l’école - 789

L’émission des timbres a été suivie de près par l’Amicale philatéliste de Noyon, présidée par Jacques Grosvallet : « C’est un événement important. Le précédent timbre de Charlemagne avait été émis le 5 novembre 1966. Il évoquait aussi l’école. » À l’occasion de la vente en mairie, ce passionné n’a pas hésité à apporter toute sa collection de timbres sur Charlemagne. « Si les timbres apportent de la connaissance, il faut aller au-delà. »

Le Courrier picard

Accédez à l’article source

Copyright © LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270.

Imprimer cet article

LA FRANCE PITTORESQUE